Parc Pelletier : un lieu aux petits oiseaux

Le parc Pelletier, qui profitera d'une cure de... (Alain Dion, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le parc Pelletier, qui profitera d'une cure de rajeunissement de 600 000 $, est appelé à devenir un lieu propice à l'observation de la faune ailée, s'il n'en tient qu'au maire Bonin.

Alain Dion, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le parc Pelletier de Granby, qui profitera d'une cure de rajeunissement de 600 000 $ en 2016, se déploiera autour de la thématique des oiseaux.

L'objectif: attirer la faune ailée et en faire un lieu propice à l'observation et à la relaxation pour les citoyens, a affirmé le maire Pascal Bonin.

Cette annonce fait suite au lancement jeudi d'un concours d'oeuvres d'art auprès des artistes de la région. L'appel de candidatures vise la réalisation de sept oeuvres d'art distinctes, chaque oeuvre représentant une catégorie: les oeufs, les maisons d'oiseaux (avec et sans poteaux), l'hôtel d'insecte, l'envol, la murale et les bancs de mosaïque.

Un artiste peut participer au concours pour une ou plusieurs oeuvres d'art et devra se démarquer par sa créativité, son originalité, son savoir-faire et sa technique, affirme la Ville par voie de communiqué. Les artistes choisis recevront une somme forfaitaire variant entre 5000 $ et 35 000 $, pour la conception et la réalisation de leur oeuvre.

Les dossiers de candidature peuvent être déposés jusqu'au 22 janvier. Tous les détails sont disponibles sur le site Internet de la Ville.

Un appel d'offres pour les services professionnels en ingénierie a également été récemment publié pour l'aménagement d'une fontaine. Celle-ci fera office de bain d'oiseau, précise maintenant le maire Bonin.

Le réaménagement du parc Pelletier à l'été est inscrit au programme triennal d'immobilisation 2016, adopté le 7 décembre dernier. Le maire souhaite voir ce projet, qui inclut l'ajout d'un bâtiment de services, se réaliser depuis sa toute première implication en politique il y a sept ans.

Retour aux sources

Aux yeux de Pascal Bonin, il s'agit d'un retour aux sources, alors que Granby a déjà été reconnue pour ses parcs et ses fontaines. «C'est funky un peu, mais c'est un retour aux sources», lance-t-il.

Le maire croit que l'endroit, qui aurait peu de comparatif, saura se démarquer avec son «design moderne et son éclairage». Nouveauté: c'est la contremaître parcs et terrains de jeux au service des travaux publics à la Ville, Danielle Saint-Jean, qui a reçu le mandat de développer les lieux. «C'est fait à l'interne», se réjouit-il.

Ainsi, la thématique sera développée dans une foule de détails, y compris dans les végétaux, choisis en fonction de leur pouvoir d'attraction sur les oiseaux.

Le maire croit que les citoyens apprécieront l'endroit. «Quand on a fait des consultations avec les gens, ils nous ont dit qu'ils adorent les endroits zen et qu'ils cherchent la quiétude», dit-il.

La question se pose cependant: si le parc a pour fonction d'attirer les oiseaux au centre-ville, les fientes pourraient-elles poser problème? Non, estime Pascal Bonin, précisant que l'entretien y sera effectué de la même façon qu'il est réalisé dans les autres parcs de la ville. «Je ne pense pas que ça soit un aspect négatif», dit-il.

Celui-ci précise que le Zoo de Granby pourrait collaborer au projet.

Détonner

«Ça va détonner de tout ce qu'on a vu», estime le maire. «On s'en va ailleurs dans la fonction du parc. On l'invente de toutes pièces. Je suis très enthousiaste», ajoute-t-il.

Pour le maire Bonin, le parc Pelletier revu et amélioré marquera «le début de la refonte du centre-ville», alors qu'il estime que le coeur commercial de Granby débute à la rue Robinso qui borde le parc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer