Spectateur blessé: Messmer règle à l'amiable

La «fascinateur» Messmer alléguait que la blessure subie... (Photo archives La Voix de L'Est)

Agrandir

La «fascinateur» Messmer alléguait que la blessure subie par le demandeur était «un événement fortuit et imprévisible».

Photo archives La Voix de L'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(St-Hyacinthe) De sa propre volonté cette fois-ci, l'homme de Granby qui réclamait 456 692, 91$ au «fascinateur» Messmer pour une blessure subie durant un spectacle s'est désisté de sa poursuite, a apprisLa Voix de l'Est.

Ce retrait fait suite à une conférence de règlement à l'amiable à laquelle les parties ont participé le 7 avril dernier, au palais de justice de Longueuil. Les termes de l'entente sont confidentiels et il n'a pas été possible, mercredi, de joindre le demandeur, Éric Morneau, ou les défendeurs Messmer - de son vrai nom Éric Normandin - et l'entreprise Entourage Spectacle.

Dans sa poursuite civile, M. Morneau, 39 ans, attribuait au célèbre artisan de l'hypnose la responsabilité d'une blessure subie pendant un spectacle au théâtre Saint-Denis de Montréal, le 28 mai 2011. L'exterminateur en milieu agricole et pompier volontaire, qui s'avoue très sensible à la suggestion, avait fait partie des spectateurs sélectionnés pour accomplir diverses prestations cocasses.

À l'entracte, un numéro où les participants exécutaient une danse de type french cancan a été repris, incitant M. Morneau à se remettre à danser de plus belle, et de plus en plus vite, dans l'allée en pente de la salle de spectacle. Selon sa version, le demandeur a alors ressenti une douleur vive au genou droit qui l'a obligé à se rasseoir aussitôt, puis à quitter le spectacle.

Un médecin a diagnostiqué une entorse, forçant M. Morneau à subir deux chirurgies et à interrompre son travail et ses activités de loisir pendant 10 mois. Une perte de revenus, une retraite probablement devancée et des dommages moraux ont aussi été invoqués.

Collaboration

Dans sa défense, Messmer mentionnait que M. Morneau était bien au courant des mouvements physiques qu'il pouvait être amené à exécuter, car il avait déjà participé à un spectacle précédent de l'artiste et aussi collaboré à un «spécial célébrités» pour la télévision.

Il précisait qu'aucun spectateur n'est tenu de participer et que M. Morneau était «non seulement conscient de sa grande réceptivité, mais il a volontairement choisi, après une première participation au spectacle (...) de le contacter pour lui manifester son intérêt à participer à de futurs projets», indique le dossier judiciaire consulté par La Voix de l'Est.

Il ajoutait que la blessure subie «n'a pas été causée par une faute ou une négligence commise par les défendeurs, mais constitue plutôt un événement fortuit et imprévisible dont la responsabilité ne peut certes être attribuée aux défendeurs». Messmer considérait aussi les dommages réclamés comme «excessifs et exagérés».

La poursuite avait été déposée au palais de justice de Saint-Hyacinthe puisque Messmer, qui est originaire de Saint-Césaire, habite dans ce district judiciaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer