Compte de taxes à Cowansville : un copier-coller de 2015

«C'est comme lorsqu'on regarde le bulletin scolaire des... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

«C'est comme lorsqu'on regarde le bulletin scolaire des enfants. On se rend tout de suite à la fin pour voir les résultats. C'est ça qui nous intéresse», a illustré le maire Arthur Fauteux en présentant mercredi matin aux médias les grandes lignes du budget 2016 de son administration.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les Cowansvillois auront une impression de déjà-vu en prenant connaissance de leur compte de taxes foncières en 2016. Ils verront un copier-coller de leur compte de 2015. Microscopique différence entre les deux années: une réduction de 3$ de la taxe à l'écocentre. Elle passe de 25$ à 22$ par unité de logement.

«C'est comme lorsqu'on regarde le bulletin scolaire des enfants. On se rend tout de suite à la fin pour voir les résultats. C'est ça qui nous intéresse», a illustré le maire Arthur Fauteux en présentant mercredi matin aux médias les grandes lignes du budget 2016 de son administration.

Outre le taux de taxation résidentielle, qui demeure à 96¢ par 100$ d'évaluation, le gel des taxes foncières et des taxes de services touche l'ensemble des catégories de propriétés: agricoles, terrains vagues desservis, commerces, industries et institutions (voir tableau: Tous les taux gelés...).

La valeur moyenne d'une maison à Cowansville en 2016 (et cette année) est de 201 945$. Son compte de taxes sera de 2371$, soit 1939$ pour les taxes foncières et 432$ pour les taxes spéciales (voir tableau: ... ainsi que les taxes de services).

Depuis 2012, note la trésorière de la Ville, Josée Tassé, le compte de taxes des Cowansvillois a augmenté en moyenne de 103$, soit de 4,5%. Durant la même période, l'indice des prix à la consommation, qui mesure l'inflation, a augmenté de 6,5%, a-t-elle souligné.

En 2016, la Ville misera sur un budget de 22 033 602$, en hausse de 265 246$ (1,22%) par rapport à l'année qui se termine. Elle estime que ses dépenses s'élèveront à 19 155 768$, en hausse de 157 612$ (0,82%).

Le PTI, le fait saillant

Le programme triennal d'immobilisations, c'est-à-dire ce que la Ville prévoit investir lors des trois prochaines années pour ajouter de nouvelles infrastructures et pour en moderniser d'autres, est le grand fait saillant du budget. En 2016, un montant de 11 171 500$ sera consacré à plusieurs projets. Pour les financer, la Ville contractera des prêts totalisant 9 051 500$. Sa dette à long terme grimpera alors à 30 189 042$.

Comme La Voix de l'Est le rapportait ces dernières semaines, la Ville procédera à l'ouverture d'une nouvelle section du parc industriel, dans le secteur sud-ouest, reconstruira le barrage sur la rivière Yamaska Sud-Est près de la rue du Sud au centre-ville et démolira le pont Eugène-Boisvert sur la rue Principale. Des montants respectifs de 1 835 000$, de 1 424 000$ et de un million de dollars ont été prévus au PTI pour réaliser ces travaux.

C'est cependant un autre projet qui retient l'attention: la construction d'un bâtiment industriel dans la rue Israël-Boucher. La Ville est en discussion avec un entrepreneur du secteur agroalimentaire à la recherche d'un local industriel. Selon la teneur des discussions en cours, la Ville louerait l'édifice pendant sept ans et l'entreprise s'en porterait acquéreur au bout de cette période, a expliqué M. Fauteux.

Un montant de 2,5 millions de dollars est inscrit au budget 2016 pour la construction de l'édifice.

Il ne s'agit pas d'un incubateur industriel comme on en voit dans d'autres municipalités, a dit le maire. Il préfère le terme «bâtisse relais». «Le problème avec les incubateurs industriels est que les entreprises qui louent des locaux ne veulent plus partir. Avec une bâtisse relais, le locateur sait que le bail a une fin et qu'il doit ensuite acheter», indique-t-il. «Après qu'on ait vendu, on s'en va ailleurs, on construit et on recommence.»

L'arrivée de cette entreprise, que M. Fauteux n'a pas voulu nommer, entraînerait la création d'une quinzaine d'emplois. Dix autres pourraient être créés à court terme, a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer