Forte hausse du compte de taxes pour les agriculteurs de Farnham

Les agriculteurs à Farnham verront leur compte de... (photo alain dion, archives la voix de l'Est)

Agrandir

Les agriculteurs à Farnham verront leur compte de taxes foncières augmenter en 2016. La valeur de leurs propriétés a crû de 27,06 %, selon le nouveau rôle d'évaluation.

photo alain dion, archives la voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Les agriculteurs de Farnham recevront un compte de taxes municipales en forte hausse en 2016. La valeur de leur propriété enregistre en effet une augmentation de 27,06 %, selon le nouveau rôle d'évaluation déposé par la municipalité. Les propriétaires de maisons s'en tireront beaucoup mieux.

Cette explosion des valeurs des terres agricoles a surpris le maire Josef Hüsler. «C'est une très grosse augmentation pour les agriculteurs. Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas vu ça», a-t-il indiqué hier matin lors de la présentation du budget de la Ville aux médias.

Les autres catégories de propriétés sont également en hausse, révèle le nouveau rôle d'évaluation qui entrera en vigueur le 1er janvier. La deuxième plus grande augmentation est celle concernant les terrains vacants desservis par les réseaux d'aqueduc. Ils sont en hausse de 22,59 %, d'après une analyse des propriétés vendues durant les mois d'été en 2014 pour le compte de la Ville de Farnham. Pendant ce temps, la valeur des propriétés résidentielles a crû en moyenne de 10,93 % (voir tableau: Des valeurs en hausse, une en baisse).

En tenant compte de l'ensemble des catégories de propriétés imposables, la valeur moyenne de la hausse est de 9,40 %. Le conseil municipal tentera d'atténuer les impacts de ces augmentations. Il le fera en retranchant 5 ¢ de son taux de taxation. Il passera de 89 ¢ à 84 ¢ par 100 $ d'évaluation. C'est une baisse de 4,49 %. Tous les autres taux seront aussi réduits (voir tableau: Taux en baisse).

La diminution des taux de taxation ne permettra pas de geler tous les comptes de taxes, reconnaît M. Hüsler. Des contribuables paieront plus alors que d'autres en paieront moins, a-t-il dit. «C'est impossible de mettre ça à zéro pour tout le monde», a-t-il souligné.

Les hausses des valeurs des maisons ne sont pas les mêmes d'un secteur à l'autre, fait remarquer François Giasson, directeur général de la Ville. Le secteur au sud de la route 104, dans les rues des Cerfs et des Lièvres, a-t-il cité en exemple, connaît une hausse des valeurs plus élevée que dans d'autres quartiers. «Ce sont des maisons de très grande valeur», a dit M. Giasson. Leur compte de taxes augmentera de 5,9 % tandis que des quartiers du côté nord de la rivière Yamaska connaîtront des baisses de 0,43 %.

Plus compétitifs

En plus de réduire le taux de taxation résidentielle, le conseil municipal fera de même pour le taux commercial. Il passera de 2,20 $ par 100 $ d'évaluation à 2,08 $. Le conseil se donne comme objectif de faire passer ce taux sous la barre des 2 $ par 100 $ d'évaluation d'ici 2018, a dit le maire.

Il appert que le taux exigé par la Ville de Farnham est l'un des plus élevés en Montérégie. Des chefs d'entreprises liés à des succursales de Tim Hortons, Pedro et Lucar, l'ont fait savoir au conseil cet automne, a dit M. Giasson. Les taxes municipales à payer découragent les investissements, ont-ils dit.

«On veut être compétitif. On doit faire mieux», a dit M. Hüsler.

Signe des difficultés que connaissent les commerces, leur valeur sur le marché immobilier est en baisse. L'analyse des transactions effectuées en 2014 démontre que les valeurs ont diminué de 4,15 %.

Le taux de taxation du secteur industriel est également revu à la baisse. De 2,275 $ par 100 $ d'évaluation, il passera à 2,185 $ en 2016.

Le budget de la Ville prévoit des revenus de 13 447 200 $ (hausse de 2,94 %) et des dépenses de 11 174 900 $ (hausse de 1,08 %).

En 2016, la Ville consacrera 2 040 044 $ au remboursement de sa dette (1 536 202 $ en capital et 503 842 $ en intérêts), soit 15,17 % de son budget. La dette, qui est présentement de 19 148 906 $, devrait alors atteindre 18 462 704 $ à la fin de 2016. Le gouvernement du Québec est responsable de 2 172 205 $ de la dette actuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer