Les réfugiés syriens arriveront en janvier à Granby

La directrice générale de SERY, Joanne Ouellette, et... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La directrice générale de SERY, Joanne Ouellette, et le député fédéral de Shefford, Pierre Breton, avaient annoncé le 25 novembre dernier l'arrivée d'au moins 70 réfugiés d'ici la fin février.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Il faudra attendre le début de l'année 2016 avant de voir arriver les premiers réfugiés syriens à Granby. Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) espère toujours accueillir au moins 70 personnes d'ici la fin février.

«Tous les réfugiés qui vont arriver d'ici la fin de 2015, c'est du parrainage privé, explique la directrice générale de SERY, Joanne Ouellette. Des gens ont payé pour qu'ils s'en viennent ici. Ça ne coûte rien au gouvernement...»

«De notre côté, ça va aller à janvier. Et on ne sait pas quand. Les réfugiés peuvent arriver à 24 h ou 48 h d'avis. Donc, on est mieux d'être prêts», poursuit Mme Ouellette.

Dans le cadre du plan régulier du gouvernement du Québec, SERY comptait initialement accueillir une trentaine de Syriens à Granby en 2015, puis une quarantaine durant les premiers mois de 2016.

L'organisme souhaite toujours augmenter, voire doubler selon les besoins, le volume d'accueil en cours d'année.

Ce nouvel échéancier permettra à SERY de peaufiner le processus d'intégration en développement, notamment en ce qui concerne la formation d'interprètes linguistiques.

La communauté se mobilise

Joanne Ouellette se réjouit de voir que des centaines de résidants - qu'ils soient de Granby ou non - sont prêts à offrir leur aide.

À preuve, la réunion d'information sur le jumelage organisée au cégep de Granby mardi dernier a été particulièrement courue. «On a eu 225 téléphones et on devait être 300 dans l'auditorium», raconte la DG de SERY.

Qui plus est, le logement de réfugiés ne devrait pas poser problème puisque 70 appartements ont déjà été offerts à Granby. On prendra soin de les diriger vers différents quartiers afin d'éviter la formation de «ghettos».

Au cours des dernières semaines, Joanne Ouellette a observé des changements dans la perception populaire quant à l'accueil des réfugiés. «Je suis stupéfaite de voir tout le soutien qu'on a. Au début, il y avait des gens qui s'opposaient. On voyait des pétitions circuler. Mais là, on se rend compte que les gens de la région ont vraiment beaucoup de coeur.»

Des Congolais s'amènent

Si les Syriens n'arriveront qu'en 2016, l'équipe de SERY a néanmoins du pain sur la planche d'ici le congé des Fêtes. Originaires de la République démocratique du Congo, un père et ses sept enfants sont d'ailleurs attendus à Granby dès mardi.

Le groupe a récemment séjourné dans un camp de réfugiés de la Tanzanie. La mère est décédée il y a peu de temps, indique Mme Ouellette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer