Rudolph perd le Nord

Les enfants ont rencontré les lutins, la Fée... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Les enfants ont rencontré les lutins, la Fée des étoiles et le père Noël après avoir résolu un mystère qui les inquiétait.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Un vilain a volé le collier de Rudolph, le fidèle compagnon du père Noël, si bien que le brave renne a perdu le Nord. Quelque 1450 personnes, dont des centaines d'enfants, ont foulé les sentiers du Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin, samedi, pour retrouver le fameux collier. En l'absence de neige, la traditionnelle Marche de Noël a tout de même attiré les familles en quête de magie.

La participation à cette 35e édition s'est révélée «un peu moins grande que l'an passé, mais pour une année sans neige, c'est bien, souligne Laurence Cavitte, responsable de l'éducation au CINLB. Habituellement, un gros facteur est la météo. Les gens ont beaucoup aimé l'histoire et ils ont trouvé les jeunes comédiens très bons dans leur rôle».

Le centre d'interprétation de la nature a gardé sa formule gagnante pour ce 35e anniversaire, mais il a dû trouver une solution de rechange pour l'éclairage, une fois la noirceur tombée. «Cette année, on ne peut plus faire l'éclairage avec les boules à feu. Il a fallu trouver un plan b. On a mis des cordons lumineux sur un système de batteries. Ça fait beau et on va respecter la réglementation qui dit qu'on ne peut utiliser des flammes nues.»

«Ce qui est drôle, c'est qu'on a des parents qui ont participé quand ils étaient jeunes et qui, maintenant, font l'activité avec leur enfant, ajoute Mme Cavitte. Je trouve que le partage de générations est très beau. On voit aussi des grands-parents venir avec les petits-enfants quand les parents ne peuvent pas. Les gens apprécient. C'est une occasion de venir marcher. Pour faire marcher les jeunes, souvent il faut des motivations et ça, c'en est une belle.»

Un peu partout dans les sentiers, les groupes d'enfants et d'adultes faisaient halte devant des stations où des comédiens interprétaient une partie de l'histoire. Les participants étaient dirigés pour trouver le coupable du mauvais coup.

Plus d'une centaine de bénévoles étaient sur les lieux, que ce soit à titre de comédiens, patrouilleurs, chanteurs, responsables du stationnement, de l'accueil ou pour servir le chocolat chaud à la toute fin du parcours. Et même eux, dit-on, en redemandent! Chaque année est différente, il faut dire, puisque l'implication varie.

C'est le cas de Charles Barrette, un étudiant de 1re année au cégep qui participe à l'activité depuis sa 1re secondaire. Chaque fois, il remet ça «pour le plaisir de le faire. On est une gang qui est le fun et qui reste», explique-t-il.

Le jeune homme interprétait samedi un lutin, tandis que son frère guidait les groupes, déguisé en mésange.

Évidemment, comme chaque année, le père Noël se trouvait à la fin du parcours, juste avant le chocolat chaud, pour recevoir les enfants et les remercier d'avoir résolu le mystère. Heureusement! Car en perdant le Nord, Rudolph se retrouvait du coup incapable de diriger le traîneau magique pour la distribution des cadeaux...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer