Absence de neige et de froid: le malheur des uns fait le bonheur des autres

Les conditions actuelles sont comparables à celles qu'on... (Photo Julie Catudal)

Agrandir

Les conditions actuelles sont comparables à celles qu'on retrouve au printemps.

Photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) La neige qui tarde à se pointer le bout du nez réjouit ceux qui n'apprécient pas l'hiver. Si les stations de ski demeurent confiantes d'offrir un domaine skiable enneigé aux amateurs, du côté des villes, l'absence de flocons représente des économies substantielles. À condition qu'aucune tempête ne s'abatte d'ici la fin de l'année.

«Le sujet de l'heure est le froid inexistant», fait savoir Charles Désourdy, président de Bromont, montagne d'expériences, où trois pistes sont ouvertes aux skieurs depuis le 2 décembre grâce à l'enneigement réalisé lors de la courte période de froid que la région a connue en novembre. Et la pente-école sera ouverte à compter de samedi.

La station fabrique habituellement de la neige à -7 degrés Celcius. Mais pas question d'attendre qu'il fasse si froid cette année pour activer les canons. «Vers le 20 novembre, on a décidé de fabriquer à -3, -4 degrés. C'est presque trois à quatre fois plus dispendieux de fabriquer de la neige», indique M. Désourdy, qui voulait offrir rapidement quelques pentes aux mordus de ski. 

Du côté de la station Owl's Head, la température au-dessus des normales n'a pas permis d'amorcer l'enneigement du domaine skiable. «C'est une fin d'automne plus chaude et ça ne nous permet pas de fabriquer de la neige. Si les prédictions météorologiques pour les sept, dix jours sont véridiques, on devrait être en mesure de faire l'ouverture officielle le 19 décembre», indique Luc St-Jean, directeur des ventes et marketing.

Si le froid se laisse à nouveau désirer, les premiers skieurs pourraient être accueillis les 21, 22 ou 23 décembre. «Ce qu'on voit est tout à fait normal, ajoute M. St-Jean, précisant qu'à l'ouverture de la station il y a 50 ans, il n'avait pas eu de neige avant le mois de janvier. Il faut qu'on arrête le bouton panique et le réchauffement planétaire. Ça fait 50 ans qu'on vit des saisons de ski et ce n'est pas la première année qu'on ne verra pas un Noël blanc.»

Mont-Sutton ouvre quant à elle ses portes samedi.

Autant du côté de Bromont que d'Owl's Head, la température actuelle n'a pas affecté la vente des abonnements de saison, précisent-ils. La température actuelle crée toutefois une certaine incertitude «qui n'est pas nécessaire parce qu'on aura un hiver», assure M. St-Jean.

Même si la neige et le froid se font attendre, la saison ne s'annonce pas catastrophique pour autant, fait savoir Charles Désourdy. «Quand on fait un comparable, c'est encore possible d'être une année dans la moyenne, mais avec la météo qui est annoncée dans les deux prochaines semaines, c'est impossible que ce soit une saison record.»

Des économies substantielles

L'absence de neige et de froid profite cependant au porte-feuille des municipalités. À Granby, l'économie qui pourrait être réalisée si le mois de décembre est épargné par des tempêtes est de 500 000 $, ce qui représente de 15 % à 20 % de son budget de 3 150 000 $ alloué en 2015 pour le déneigement.

«Mais il faut faire attention, prévient Jean-Pierre Renaud, directeur du service des finances, trésorier et directeur général adjoint à la Ville de Granby. Elle peut fondre comme neige au soleil. Une seule tempête de 15 centimètres coûte 200 000 $. Si on a deux grosses tempêtes d'ici la fin de l'année, il n'y a plus d'économie.»

Des économies pointent également à l'horizon pour les villes de Cowansville et Bromont qui pourraient respectivement épargner 55 000 $ (sur un budget de 521 921) et près de 80 000 $ (sur un budget de 1 176 390 $) pour l'année 2015. Encore une fois, à condition de ne pas avoir de tempête.

L'hiver qui tarde à se pointer le bout du nez pourrait bien profiter à certaines municipalités qui économiseraient des sommes substantielles en l'absence de tempête d'ici la fin de l'année. - photo archives La Voix de l'Est

Même si le froid n'est pas au rendez-vous, la station de ski Bromont, montagne d'expériences propose trois pistes aux skieurs. Sa pente-école ouvrira samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer