Réjean Chabot veut la fin des allocations pour les conseillers

Le candidat au poste de conseiller municipal dans... (Alain Dion, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le candidat au poste de conseiller municipal dans le district trois, Réjean Chabot, s'oppose aux allocations de transition et de départ remises aux élus lorsqu'ils quittent leurs fonctions.

Alain Dion, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les allocations de transition et de départ remises aux élus n'ont pas leur raison d'être, estime Réjean Chabot. S'il est élu le 20 décembre prochain, le candidat au poste de conseiller municipal dans le district trois à Granby a l'intention d'en faire «un cheval de bataille».

«Je suis prêt à me battre pour ça», a affirmé mercredi M. Chabot, qui a contacté La Voix de l'Est pour partager son point de vue.

«Je ne cherche pas à m'acheter des votes, mais il y a des choses que je trouve injustes et qu'on paie avec nos taxes. Quand j'ai quitté le monde de l'éducation, je n'ai pas eu de prime de départ. Si je siège au conseil, je sais que je ne me ferai pas d'amis, mais c'est une chose, les primes de départ et de transition, que je veux qu'on regarde», a laissé savoir Réjean Chabot, retraité, après avoir oeuvré comme professeur et directeur d'école.

À ses yeux, ces «primes», à nouveau au coeur de la période de questions de la dernière séance du conseil municipal, ne sont justifiées que dans le cas des maires. «C'est différent pour le maire parce qu'il travaille à temps plein et qu'il a quitté son emploi. Mais les conseillers municipaux ont tous un emploi, en plus de leur tâche de conseiller, ou bien ils sont à la retraite», ajoute-t-il.

M. Chabot affirme avoir la volonté d'abolir à tout le moins la prime de transition, qui n'est pas offerte dans toutes les villes, contrairement à l'allocation de départ, inscrite dans la Loi sur le traitement des élus municipaux. «Mais ça prend aussi d'autres conseillers pour le faire. S'ils ne veulent pas mettre une croix là-dessus, ça va être difficile...», relève-t-il.

Les citoyens de son bord

Le candidat affirme avoir néanmoins «les citoyens de [s]on bord». La question des allocations de transition et de départ remises aux élus lorsqu'ils quittent leurs fonctions, de leur plein gré ou selon la volonté populaire, est fréquemment abordée par les citoyens dans son «porte-à-porte», dit-il.

«Les gens sont contents que Pierre Breton (le conseiller sortant élu député fédéral) ait mis sur pied une fondation pour redistribuer ses primes», note M. Chabot.

Un geste qui l'inspire, s'il est élu. «Si je ne réussis pas à faire changer les choses, c'est sûr que l'argent (de ses allocations) va aller à des fondations pour aider des gens qui en ont besoin», avance le candidat conseiller qui, même s'il n'aura pas complété son porte-à-porte pour le vote par anticipation, dimanche, dit avoir l'intention d'aller à la rencontre des électeurs jusqu'à la dernière minute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer