Mystérieuse agression à Granby

Sylvain Boisvert, victime de l'agression, et Guy Rousseau,... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Sylvain Boisvert, victime de l'agression, et Guy Rousseau, porte-parole au service de police de Granby, ont rencontré les médias à la station-service Olco de la rue Dufferin.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Le service de police de Granby sollicite la collaboration du public afin de faire progresser l'enquête concernant une mystérieuse agression survenue mardi dernier à la station-service Olco de la rue Dufferin.

Responsable des ouvertures du commerce en semaine, Sylvain Boisvert est alors, comme à l'habitude, arrivé au travail en taxi. Après avoir déverrouillé la porte, désarmé le système d'alarme et compté sa caisse, l'homme de 47 ans s'est dirigé vers le conteneur à déchets pour y jeter une boîte de carton.

«Quand j'ai ouvert le couvert (du conteneur), je n'ai plus rien vu. J'ai reçu un coup sur la tête et des coups de pied dans les côtes», raconte le Granbyen, qui croit avoir été malmené par au moins deux personnes.

«Ils m'ont dit: "tiens, mon sale". C'est la seule chose que j'ai entendue. Je n'ai rien vu. Je ne peux pas donner de description. Rien, rien, rien.»

Après un laps de temps qu'il n'est pas en mesure de préciser, M. Boisvert est retourné à l'intérieur de la station-service.

«Avec l'adrénaline, je me suis dit: "je ne me ferai pas voler, ça fait 25 ans que je travaille dans le métier."»

Le commerce était vide. Il a ensuite contacté son patron ainsi que les services d'urgence. Étrangement, on ne rapporte aucun vol.

Transporté par ambulance à l'hôpital de Granby, Sylvain Boisvert s'en tire avec «trois côtes fêlées».

Motif inconnu

Le Granbyen se questionne toujours concernant les motifs de cette attaque. «Si au moins, ils avaient l'intention de prendre le cash... Mais pourquoi (s'en prendre) à moi? Je mène une vie tranquille.»

M. Boisvert ne voit pas qui pourrait lui en vouloir personnellement. Il raconte avoir été frappé au visage dans un bar de la rue Principale l'automne dernier, mais l'agresseur serait actuellement derrière les barreaux.

Appel à tous

Les événements de mardi dernier sont traités comme un cas de voies de fait par le service de police de Granby. Les enquêteurs travaillent notamment à récupérer les images de surveillance de la station-service, qui n'est toutefois pas équipée de caméras très récentes.

Pour le moment, on ne sait pas si une arme a été utilisée dans cette agression.

Étant donné le peu d'informations disponibles, le corps policier local a cru bon de lancer un appel à tous.

«Que ce soit à 4 h du matin ou à 3 h du matin, il y a tout le temps de la circulation qui passe ici, indique le porte-parole Guy Rousseau. Est-ce que quelqu'un aurait remarqué avant l'événement des gens qui se cachaient dans ce coin-ci?»

«Quand il y a des événements du genre, ça arrive qu'il y ait des gens qui se vantent. Il y a des gens qui en parlent à d'autres personnes», souligne également M. Rousseau.

Les informations peuvent être communiquées par téléphone à l'enquêteur Michel Riel, au 450-776-8333 (poste 3606), ou encore à l'organisme Échec au crime, au 1-800-711-1800.

Retour au boulot

Après quelques jours d'arrêt, Sylvain Boisvert était de retour à la station-service lundi matin.

Quelques clients réguliers l'ont questionné concernant les événements de mardi dernier.

Plutôt inquiet, son fils de 11 ans lui avait également demandé de «faire attention».

 «J'ai attendu un peu plus tard pour aller porter mes vidanges. (...) Oui, je suis un peu sous la crainte. Tu ne sais pas si ça va te ressauter dans la face», confie M. Boisvert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer