À la rencontre des travailleurs guatémaltèques

Plusieurs travailleurs guatémaltèques étaient présents à la salle... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Plusieurs travailleurs guatémaltèques étaient présents à la salle communautaire de Frelighsburg, dimanche après-midi.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Frelighsburg) La population de Frelighsburg avait l'occasion, dimanche après-midi, de rencontrer les travailleurs guatémaltèques qui viennent y travailler quelques mois par année. Une activité très conviviale visant à ouvrir la barrière linguistique, qui ne facilite pas les échanges entre les deux cultures.

Organisée par l'association Enfants mayas du Guatemala depuis quelques années déjà, Musica, pomme-y-cultura a justement pris naissance en raison des difficultés d'intégrations posées par la langue.

«J'ai appris qu'il y avait des travailleurs guatémaltèques ici, par le biais du Sac à mots. Il y avait quelqu'un qui s'était occupé de (...) leur faire apprendre un peu de français. L'objectif n'a pas été atteint parce qu'il y avait une question de temps de travail. Puisqu'on ne pouvait pas, par le Sac à mots, les aider mon mari et moi, nous sommes venus pour les rencontrer, pour faire un petit peu de français le soir. Et puis, de fil en aiguille, comme ça, on a dit: "pourquoi pas" (organiser la rencontre)? Ils sont isolés», raconte Antoinette Chevrolat, présidente du conseil d'administration de l'association qui apporte de l'aide éducative au Guatemala et qui contribue à faire connaître la culture guatémaltèque.

«Nous allons au Guatemala depuis plus de dix ans. Nous sommes dans un village, nous aidons des enfants et nous sommes tellement bien accueillis par les enfants, par les familles, qu'on a dit "faudrait que ce soit la même chose pour ceux qui viennent et qui vivent au moins dix mois ici".»

Environ 80 personnes, des Québécois et des Guatémaltèques, étaient réunies dans la salle communautaire de la localité, dans le cadre de l'activité. Mme Chevrolat s'est dite très satisfaite de la réponse du public.

Une réalité illustrée

Une vidéo illustrant la réalité des travailleurs guatémaltèques à la Maison de la pomme a été présentée. Bien qu'ils avouaient d'emblée s'ennuyer de leur famille lorsqu'ils travaillent ici, il ressortait également de leurs témoignages que l'adaptation et la langue constituaient d'importants défis pour ces travailleurs d'Amérique centrale. Ils parviennent à communiquer en apprenant quelques expressions francophones, alors que leurs collègues québécois tentent d'en faire autant en espagnol. Plus de la moitié des employés de la Maison de la pomme sont guatémaltèques.

Intégration

Pour ouvrir la portion musicale de l'activité, le musicien Tico, un Guatémaltèque installé à Dunham depuis quelques années, a brièvement raconté son histoire et a insisté sur l'importance de s'intégrer à la culture québécoise lorsqu'un immigrant choisit de s'établir ici. Comme pour donner du poids à des dires, il a ensuite ouvert sa prestation en interprétant une pièce bien québécoise: Tassez-vous de d'là, des Colocs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer