Polytechnique : Trudeau veut éviter d'autres drames

Justin Trudeau a participé à une courte cérémonie... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau a participé à une courte cérémonie pour commémorer le 26e anniversaire du massacre de l'École polytechnique, à Montréal, lors duquel 14 femmes ont été tuées.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Très ému, le premier ministre Justin Trudeau a participé à une courte cérémonie sur le belvédère du mont Royal, dimanche, pour commémorer le 26e anniversaire du massacre de l'École polytechnique, à Montréal, lors duquel 14 femmes ont été tuées.

Flanqué de plusieurs ministres québécois et conseillers de la Ville de Montréal, le premier ministre a observé une minute de silence, avant qu'une jeune fille ne prenne la parole pour lire le nom de toutes celles qui sont tombées sous les balles du tireur le 6 décembre 1989. Au même moment, des faisceaux de lumière qui pointaient vers le ciel se sont illuminés.

Lors d'une mêlée de presse impromptue après l'événement, M. Trudeau a indiqué que cet événement visait à «se souvenir» et à «se faire des promesses» pour ne «plus jamais» qu'un tel drame ne se reproduise. Il a assuré qu'il ferait «tout (son) possible» en ce sens.

Plus tôt, le premier ministre avait diffusé un communiqué dans lequel il a décrit les événements de Polytechnique comme «l'un des moments les plus sombres de l'histoire canadienne».

Il a exprimé son intention d'agir pour que la violence contre les femmes cesse, notamment en instaurant des lois «pour soutenir davantage celles qui ont survécu à la violence conjugale ou à des agressions sexuelles».

M. Trudeau a également réitéré son intention de lancer, tel que promis en campagne électorale, une commission d'enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées.

On se souvient

D'autres cérémonies pour commémorer l'événement avaient été organisées plus tôt dimanche.

En après-midi, des roses blanches ont été déposées en mémoire des victimes à la place du 6-Décembre-1989, près de l'institution universitaire, dans le quartier Côte-des-Neiges.

Des représentants de groupes de femmes et de défense des droits des Autochtones ont rappelé que les femmes du Canada sont toujours victimes de violence, 26 ans après la tragédie.

Divers monuments à travers le Canada, dont le stade olympique de Montréal, étaient éclairés en rouge en mémoire des 14 femmes, principalement des étudiantes en génie, dont la vie a brutalement pris fin il y a 26 ans.

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine était entré dans l'École polytechnique et avait tiré pendant 20 minutes en affirmant que les féministes avaient ruiné sa vie. Il s'est ensuite suicidé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer