Travaux d'émondage et d'abattage dans le mont Shefford: Hydro-Québec vertement critiquée

La norme d'Hydro-Québec pour l'émondage et l'abattage près... (photo fournie par André Moreau)

Agrandir

La norme d'Hydro-Québec pour l'émondage et l'abattage près des lignes électriques est de deux à trois mètres, soutient André Moreau. Dans la montagne de Shefford, la société d'État semble plutôt privilégier des travaux sur une largeur de 10 mètres et plus.

photo fournie par André Moreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

Des travaux d'émondage d'arbres menés par Hydro-Québec dans le secteur du mont Shefford depuis quelques semaines suscitent la grogne de résidants. Ils jugent que la société d'État abat plus d'arbres que nécessaire.

André Moreau habite sur la rue des Cîmes dans la Seigneurie de Shefford. Employé à la retraite d'Hydro-Québec, où il a été émondeur puis monteur de ligne pendant plus de 35 ans, il estime l'ampleur des coupes exagérée.

Les lignes électriques peuvent être sécurisées des branches et arbres par un émondage minimal, dit-il. Une distance de deux à trois mètres entre les fils électriques et la végétation suffit, juge-t-il. Pas les dix mètres et plus qui semblent être la norme appliquée dans la montagne de Shefford, dénonce-t-il.

«Deux, trois mètres, c'est la norme qu'Hydro-Québec applique ailleurs. À Montréal, ça ne dépasse jamais trois mètres », soutient-il.

M. Moreau soupçonne Hydro-Québec d'élargir ses bandes d'émondage pour réduire le nombre de pannes électriques causées par la chute de branches ou d'arbres. «Ils se sont dit: "on ne reviendra plus ici". Mais ils n'ont pas à couper aussi large pour réduire les risques de pannes», explique-t-il.

Les rues dans la Seigneurie de Shefford ne sont pas les seules visées par Hydro-Québec. Des travaux d'émondage et d'abattage ont été effectués ces dernières semaines le long de la ligne Waterloo 239, qui dessert Bromont, Waterloo et Shefford.

D'importants travaux ont été réalisés notamment le long des chemins du mont Shefford et de Jolley en plus de la route 241. Ils se poursuivront dans les prochaines semaines, a-t-on appris auprès d'Hydro-Québec.

Accord des résidants

Les travaux d'émondage sont réalisés avec l'accord des résidants concernés, assure Genevière Dufort, porte-parole d'Hydro-Québec. Tous les résidants des secteurs concernés ont été avisés en début d'année que des travaux «de maîtrise de la végétation» allaient être menés, a-t-elle dit.

Les résidants concernés sont contactés par un technicien forestier. Ce dernier leur montre les arbres qui allaient être abattus et leur demande de signer des autorisations pour procéder, souligne-t-elle.

En 2013, 83% des pannes électriques dans la montagne de Shefford ont été causées par la chute de branches ou d'arbres, souligne Gilles Tardif, chef diagnostique technique, maintenance et végétation chez Hydro-Québec. C'est le pire bilan enregistré sur l'ensemble du territoire, a-t-il dit.

C'est dans cette optique que les travaux d'entretien forestier ont été initiés, a-t-il dit hier après-midi en entrevue. «Des abonnés ont été sans électricité pendant 24, 48 heures. On devait améliorer nos services pour éviter que ça se reproduise.»

Les largeurs de dégagement près des lignes électriques varient de six à 12 mètres pour les installations monophasées, soit d'une seule ligne électrique, a ditM. Tardif. Tout dépend des types d'essences d'arbres, de leur âge et de leur état de santé.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer