Guy Turcotte: cinquième journée de délibérations

Guy Turcotte a été accusé du meurtre prémédité... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Guy Turcotte a été accusé du meurtre prémédité de ses deux enfants Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans. Il a plaidé non coupable à ces deux accusations.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
Saint-Jérôme

La semaine a pris fin sans qu'un verdict ne soit rendu au procès de Guy Turcotte pour le meurtre prémédité de ses jeunes enfants Olivier et Anne-Sophie.

Les jurés sont en confinement depuis cinq jours et les délibérations vont donc se poursuivre samedi.

Lors du premier procès de Guy Turcotte, tenu en 2011, le jury avait délibéré pendant six jours.

Ce second procès de l'ex-cardiologue a débuté à la mi-septembre au palais de justice de Saint-Jérôme.

Les 11 jurés tentent depuis lundi après-midi de s'entendre sur un verdict, qui doit être unanime. Vendredi, ils n'ont formulé aucune demande ni posé de question au juge André Vincent qui a présidé cette affaire.

Le jury doit décider entre quatre possibilités: non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, meurtre au premier degré (prémédité), meurtre au second degré (non prémédité) et homicide involontaire.

La Couronne a réclamé un verdict de meurtre au premier degré, alors que la défense a fait valoir que l'accusé devait être trouvé non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux.

Les psychiatres qui ont témoigné au procès ont déterminé qu'il souffrait, le soir du 20 février 2009, d'un trouble de l'adaptation avec humeur dépressive. Ils ne s'entendaient toutefois pas sur l'impact de ce trouble sur l'état mental de Guy Turcotte le soir du drame et si cela le rendait incapable de comprendre ce qu'il faisait et de savoir que ses gestes étaient «mauvais».

Si un verdict de meurtre au premier ou deuxième degré est rendu, Guy Turcotte prendra le chemin de la prison. S'il est trouvé non criminellement responsable, il ira plutôt à l'Institut psychiatrique Philippe-Pinel de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer