Perquisition d'envergure dans un laboratoire clandestin

Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada... (Collaboration spéciale Bruno Beauregard)

Agrandir

Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada ont mis fin à des activités de production de drogue de synthèse en arrêtant trois hommes, dont le principal suspect est un Césairois, et en démantelant leur laboratoire qu'ils avaient établi à Sainte-Madeleine.

Collaboration spéciale Bruno Beauregard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) La présumée tête dirigeante d'un laboratoire de production de drogue de synthèse, un Césairois, a été arrêtée par la Gendarmerie royale du Canada, mercredi soir, lors d'une vaste opération policière. Le site de fabrication des substances chimiques situé à Sainte-Madeleine a été démantelé par les experts. Deux autres suspects ont été épinglés.

Les policiers de la GRC, assistés de ceux de la Sûreté du Québec et de l'Escouade régionale mixte, ont porté un dur coup à des producteurs de drogue de synthèse, mercredi, en arrêtant trois hommes impliqués dans ces activités illicites et en mettant au jour un laboratoire où une importante quantité de drogue était préparée.

L'homme à la tête de l'organisation est un Césairois âgé de 27 ans. Son domicile ainsi qu'un hangar situé sur la propriété ont été fouillés par les agents. Ses deux présumés complices et lui ont été épinglés sur le site de production, soit une vieille grange située à Sainte-Madeleine. Les autres individus sont âgés de 33 ans et 36 ans.

Il semble que la méthamphétamine était la principale drogue concoctée sur place. Une presse à pilules à 10 poinçons a été saisie. Cet appareil permet de produire un grand volume de comprimés, indique le sergent Luc Thibault, porte-parole du corps policier. Les poinçons permettaient d'inscrire le mot ICE sur les pilules, qui peuvent se détailler entre 5 et 10 $ sur le marché. Le matériel pour la fabrication des pilules chimiques a été saisi: celui-ci aurait permis de produire 3,5 millions de pilules.

Une équipe spécialisée dans le démantèlement de laboratoire clandestin a passé plusieurs heures à défaire les installations et à saisir tous les produits chimiques et autres composantes utilisés pour fabriquer la drogue de synthèse. Les policiers ont été assistés des pompiers de Sainte-Madeleine pendant la délicate intervention.

Une autre perquisition a été effectuée à l'Assomption en lien avec cette affaire.

Les trois suspects devaient comparaître jeudi vers 11 h au palais de justice de Saint-Hyacinthe. Ils feront tous trois face aux accusations d'avoir illégalement comploté entre eux et avec d'autres personnes jusqu'ici inconnues pour produire de la drogue de synthèse, d'avoir illégalement produit de la drogue de synthèse, d'avoir eu en leur possession de la drogue de synthèse en vue d'en faire le trafic et d'avoir eu en leur possession du matériel destiné à la production de drogues de synthèse.

 

- Avec la collaboration de Cynthia Laflamme 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer