Fat Bike à Bromont : «Ce sera très spectaculaire»

Le site de Bromont, montagne d'expériences accueillera les... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le site de Bromont, montagne d'expériences accueillera les compétiteurs du circuit de fat bike Mahikan Race, le 30 janvier. On voit ici le directeur général du CNCB, Nicolas Legault.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Le Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) est un pionnier des compétitions hivernales de vélo de montagne cross-country au Québec. L'organisation poursuit sur sa lancée en accueillant la crème des cyclistes de fat bike, une discipline en plein essor. Une centaine d'athlètes enfourcheront leur monture aux roues surdimensionnées pour prendre part aux épreuves du circuit Mahikan Race, les 30 et 31 janvier, en dévalant les pistes bromontoises enneigées.

Depuis quelques années, Bromont se positionne sur l'échiquier international des compétitions de vélo, tant sur route qu'en tracés accidentés. Or, le nombre d'adeptes de fat bike ne cesse de croître, mais les épreuves dans ce créneau sont rares à travers le globe.

Pour le directeur général du CNCB, Nicolas Legault, il n'était pas question de regarder le train passer. «Jusqu'ici en 2015, le fat bike représente 22 % des ventes de vélo de montagne au Québec, a-t-il indiqué en entrevue. On voulait se démarquer en organisant une compétition d'envergure. L'idée a été lancée en septembre, alors il a fallu faire vite. Comme la réputation de Bromont est bonne [dans le monde du cyclisme], les diffuseurs et les commerçants ont embarqué tout de suite.»

De l'action au cube

L'épreuve principale aura lieu le 30 janvier sur le site de Bromont, montagne d'expériences (Ski Bromont), dans la nouvelle piste de boardercross, située dans le Versant du Lac, a précisé Nicolas Legault. Les adeptes de sports de glisse pourront donc voir les athlètes dévaler la pente au cours de la journée. Le parcours éclairé sera parsemé de virages, de sauts et d'obstacles.

Les finales, qui s'échelonneront de 18 h à 20 h, promettent d'être hautes en couleur. «On veut proposer des descentes à quatre. C'est du jamais vu dans des compétitions de fat bike. Pas de doute, ce sera très spectaculaire. Il y aura certainement des accrochages dans les virages. Il y a aussi beaucoup de techniques et de stratégies pour dépasser», a fait valoir celui qui dirige le CNCB.

Le lendemain se tiendra sur le site du CNCB, rue Shefford, la traditionnelle Course de la marmotte. Il s'agit d'un tracé en boucle de 3,7 kilomètres de type cross-country. Les professionnels compléteront huit tours, soit environ 30 kilomètres. Jeux gonflables pour les tout-petits et essais de fat bike sont aussi au menu de cette journée familiale.

Les athlètes qui souhaitent s'inscrire à une des épreuves de la Mahikan Race peuvent le faire dès aujourd'hui via le site bikereg.com.

Vitrine internationale

Bien que la Mahikan Race ait des ramifications sur le Vieux Continent, c'est au Québec, plus précisément à Roberval, que la première épreuve a pris naissance en mars 2015. Des courses en Italie s'y sont greffées par la suite. Bromont sera donc la quatrième destination de ce jeune circuit.

Ainsi, un peu plus d'une centaine de compétiteurs sont attendus dans la région les 30 et 31 janvier, dont une quinzaine, notamment des Italiens et des Américains, faisant partie de l'élite mondiale. Des athlètes français sont également dans la mire, sans compter des vedettes montantes québécoises dans la discipline ayant déjà confirmé leur présence, a noté l'instigateur du projet.

Des télédiffuseurs nationaux et internationaux sont aussi de la partie. On parle entre autres du Réseau des sports (RDS), qui tournera un topo d'une trentaine de minutes sur la compétition destiné au marché canadien et de Fox Sports Europe. «La diffusion de reportages télé sera une vitrine exceptionnelle pour Bromont et la région. L'Italie, la Suisse, l'Angleterre, la Chine et la Belgique ont repris les images de la course de Roberval, a mentionné le dg du CNCB. Sans compter les dizaines de magazines spécialisés.»

Vision

Nicolas Legault l'avoue sans détour: le but premier des deux jours de compétitions est de faire découvrir le fat bike. «Les gens pourront essayer des vélos sur le terrain durant les deux jours. C'est une discipline qui fait tourner les têtes à coup sûr. Et c'est un plus de permettre à des adeptes potentiels de se familiariser avec ce genre de bibitte», a lancé l'organisateur.

Le projet d'aménager une piste dans le mont Oak accessible à l'année aux amateurs de fat bike est par ailleurs en gestation, a soutenu M. Legault.

De son côté, le propriétaire de Bromont, montagne d'expériences, Charles Désourdy, voit d'un très bon oeil le développement d'un réseau de compétitions de fat bike. «C'est clairement un sport qui est en hausse. Ça attire une clientèle différente du vélo de descente. Pour notre entreprise, ça fait partie d'un tout. Accueillir une compétition d'envergure est une très bonne chose. C'est un créneau qu'on veut développer à moyen terme.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer