Bacs bruns dans la MRC Haute-Yamaska

Quatre ans à déployer la collecte

La MRC de la Haute-Yamaska mettra quatre ans... (photo Alain Dion archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La MRC de la Haute-Yamaska mettra quatre ans pour offrir un service de collecte des matières organiques à l'ensemble de ses citoyens.

photo Alain Dion archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) La collecte des matières organiques par l'entremise des bacs bruns prendra quatre ans à déployer dans la MRC de la Haute-Yamaska. L'organisme municipal entend d'abord desservir 1000 logements au printemps 2017 afin de bien structurer son système de collecte. Puis dès 2018, d'autres bacs bruns seront distribués sur le territoire. L'ensemble des 27 000 logements de la MRC seront desservis en 2019.

C'est le scénario que propose la MRC dans son projet de Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020. En tout, le PGMR contient 54 actions à mettre en place pour que la MRC améliore le bilan de sa gestion de ses déchets et des matières recyclables.

Pour l'heure, la MRC valorise 65,7 % des 163 759 tonnes de matières résiduelles que produisent ses citoyens, commerces, institution et industries sur son territoire. Les bonnes performances des industries permettent à la MRC d'afficher un tel taux global. Si on isole leur performance de valorisation des déchets, on constate que celle des ménages n'est que de 53 %. Et leur valorisation des matières organiques n'atteint que 15 %. C'est là que les plus grands gains en terme de valorisation des matières résiduelles sont possibles, estime-t-on à la MRC.

Le choix des bacs bruns s'est imposé suite à l'abandon plus tôt cette année par la MRC de son usine de traitement des matières résiduelles. Plus de 2 millions de dollars ont été dépensés dans ce projet en études et analyses professionnelles de toutes sortes, en voyages en Europe et aux États-Unis pour visiter des usines et en heures de travail du personnel de la MRC, a reconnu hier le préfet suppléant, Paul Sarrazin. Ce dernier présentait les objectifs du nouveau PGMR en compagnie du préfet, Pascal Bonin.

Le projet du PGMR fera l'objet de consultations publiques. Une première consultation aura lieu le mardi 19 janvier, à la salle du conseil de la Ville de Granby, et le 20 janvier à la salle du conseil de Waterloo. La commission du PGMR rendra son rapport au conseil des maires en mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer