«La flamme n'est pas morte»

L'ex-président du conseil exécutif du PQ dans Brome-Missisquoi,... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'ex-président du conseil exécutif du PQ dans Brome-Missisquoi, Jacques Landry.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Cowansville) Baisse du nombre des adhésions, vieillissement de ses membres, et députés fédéralistes élus autant au provincial qu'au fédéral. Le portrait n'est pas très rose pour le Parti québécois dans la circonscription de Brome-Missisquoi.

L'option souverainiste semble loin de susciter les passions dans cette région qui a élu Pierre Paradis du Parti libéral du Québec sans interruption depuis 1980.

L'assemblée générale de l'association locale tenue samedi dans le sous-sol de l'église Sainte-Rose-de-Lima à Cowansville témoignait un peu de la situation alors que les têtes grises se comptaient en grand nombre comparativement aux jeunes.

L'ex-président du conseil exécutif du PQ dans Brome-Missisquoi Jacques Landry ne voit toutefois pas les choses de cet oeil.

«La semaine passée, j'étais au Conseil national à Sherbrooke et c'est la première fois que je voyais autant de jeunes. Pour moi, c'est un excellent signe d'avenir. La survie du parti passe par les jeunes», affirme-t-il.

Il est lui-même passé de la parole aux actes samedi en cédant son poste de président à la jeune Andréanne Larouche, qui était auparavant responsable des communications.

«Je pense que c'était le moment de mettre des jeunes en charge de ce conseil exécutif là», estime M. Landry.

Il rappelle que la région de Brome-Missisquoi a tout de même élu un député du Bloc québécois, Christian Ouellet, de 2006 à 2011, ce qui est signe que la souveraineté a des bases dans le comté.

«Je crois vraiment qu'il y a de la place pour le Parti québécois dans la région. Il y a des idées indépendantistes qui sont ici dans Brome-Missisquoi.»

«Maintenant, c'est à nous de brasser les cendres et souffler sur les braises un peu afin de raviver la flamme. La flamme n'est pas morte, mais on souffre beaucoup des gens qui s'abstiennent d'aller voter et du fait qu'il y a dorénavant trois partis indépendantistes au provincial», croit M. Landry, qui compte continuer de s'impliquer en tant que militant du PQ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer