Assemblée du PQ B.-M.: Villeneuve s'en prend à Paradis

Le député de Berthier et porte-parole de l'opposition... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député de Berthier et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'agriculture, André Villeneuve, a pris la parole samedi lors de l'assemblée générale du Parti québécois dans Brome-Missisquoi.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le député de Berthier André Villeneuve était de passage samedi à Cowansville, où il a assisté à l'assemblée générale du Parti québécois dans Brome-Missisquoi.

Il en a profité pour échanger avec les militants péquistes de la région et commencer à tâter le terrain en vue des prochaines élections provinciales prévues pour octobre 2018.

«Il reste trois ans avant la prochaine élection. C'est énorme, mais aussi très court à la fois en politique. On est en marche et on va accélérer le pas. C'est un privilège de venir ici dans cette magnifique région. On voit que l'agriculture a modelé le paysage. C'est de toute beauté», a indiqué M. Villeneuve.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'agriculture et d'alimentation a saisi l'occasion pour décocher quelques flèches à l'endroit de Pierre Paradis alors qu'il se trouvait dans son fief.

«Je dis souvent que M. Paradis refuse de rencontrer les gens et ça, c'est tout un handicap pour un ministre de l'Agriculture. Ça lui appartient, mais moi, je suis un gars de terrain. J'aime bien aller à la rencontre des gens.»

M. Villeneuve s'en est notamment pris au fait que la Financière agricole ait dû subir des coupes de 150 millions $. «M. Paradis n'a pas été capable de défendre le budget de l'agriculture au conseil des ministres», déplore-t-il.

Il affirme aussi que le député de Brome-Missisquoi n'est pas allé assez loin avec le projet de loi 54 sur le bien-être animal en n'obligeant pas à insensibiliser les animaux dans les cas d'abattage rituel.

«Un animal devant être abattu doit être insensibilisé pour éviter toute souffrance, ce que malheureusement le projet de loi ne fait pas. C'est un beau projet de loi et c'est vrai que c'est une avancée, mais la population s'attendait à plus encore», estime-t-il.

Bilan négatif

Le député souligne que lui-même s'attendait à plus de la part de M. Paradis comme ministre de l'Agriculture. «Bien honnêtement, je suis très déçu du bilan de M. Paradis. C'est un bilan négatif. On ne coupe pas 150 M$ dans l'agriculture quand ça va bien. Au contraire, on investit pour planifier l'avenir», affirme M. Villeneuve.

Quant aux critiques dirigés vers le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau, qui a récemment ouvert la porte à la partition d'un Québec souverain lors du Conseil national du parti avant de la refermer, il semble les prendre avec un grain de sel.

M. Péladeau, qui tarde à gruger des points dans les intentions de vote malgré l'impopularité des politiques d'austérité du gouvernement Couillard, avait alors lui-même reconnu son manque d'expérience en politique.

«Ce n'est pas un politicien de carrière. Ça fait à peine un an qu'il est là et il apprend à la vitesse grand V. Dieu sait qu'il est intelligent. Il a dit lui-même qu'il avait quelques croûtes à manger, mais je peux dire qu'il apprend très vite et qu'il veut le mieux pour le Québec», a réagi M. Villeneuve.

«À ce niveau-là, je ne suis pas trop inquiet. Il faut juste continuer de travailler et d'expliquer aux gens notre projet et quelles sont nos raisons (de vouloir l'indépendance)», a-t-il avancé, affirmant que le premier ministre Philippe Couillard avait, lui aussi, des croûtes à manger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer