Aide sociale: séjours hors Québec évalués au cas par cas

Les prestataires d'aide sociale inaptes au travail et... (123RF)

Agrandir

Les prestataires d'aide sociale inaptes au travail et ceux sans contraintes à l'emploi sont assujettis à l'interdiction de passer plus de sept jours consécutifs hors Québec dans le même mois.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) assure que le nouveau règlement interdisant aux prestataires d'aide sociale de quitter la province plus de sept jours consécutifs dans le même mois peut s'appliquer au «cas par cas».

«C'est sûr qu'il peut y avoir une certaine souplesse, les agents sont quand même sensibles aux situations particulières», a indiqué l'attachée de presse du ministre Sam Hamad, Cynthia St-Hilaire, invitée à réagir à un reportage paru dans nos pages sur un prestataire d'aide sociale qui déplorait devoir passer seul le temps des Fêtes à cause de la nouvelle mesure. 

Raymond Gariépy, qui a une contrainte sévère à l'emploi depuis de nombreuses années en raison de problèmes de santé qui remontent à l'adolescence, avait prévu passer les deux dernières semaines de décembre avec sa famille à Toronto et à Ottawa, expliquait-il au Soleil. L'homme de 52 ans disait avoir communiqué en début de semaine avec un agent du MESS pour obtenir une dérogation, sans succès. M. Gariépy se serait fait répondre que sa prestation serait interrompue s'il quittait la province plus de sept jours consécutifs.

À cet égard, le MESS tient à préciser que les jours de départ et de retour ne sont pas comptabilisés, de sorte que M.Gariépy pourrait très bien quitter Québec pour Toronto le 24 décembre et arriver à temps pour réveillonner en famille.

Par ailleurs, le MESS ne fait pas de distinction entre les prestataires d'aide sociale inaptes au travail et ceux sans contraintes à l'emploi. Tous sont assujettis à l'interdiction de passer plus de sept jours consécutifs hors Québec dans le même mois.

Et quels sont les motifs qui ont poussé le Ministère à adopter ce règlement? Si un prestataire d'aide sociale ne peut quitter le Québec plus de sept jours consécutifs, est-ce parce qu'il doit concentrer son temps et ses efforts à la recherche d'un emploi et rester disponible pour un éventuel travail? 

Pas du tout, selon David McKeown, porte-parole du MESS. L'aide sociale «est une aide financière de dernier recours qui est versée sur une base mensuelle à des personnes qui résident au Québec», explique-t-il simplement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer