Serges Ruel quitte le conseil de Granby

Serges Ruel a annoncé hier qu'il quitte la... (photo Alain Dion)

Agrandir

Serges Ruel a annoncé hier qu'il quitte la politique municipale après avoir siégé à la table du conseil de 1985 à 1993, puis de 2007 jusqu'à hier.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Il y aura une deuxième élection partielle à Granby. Le conseiller municipal Serges Ruel a remis sa démission jeudi au directeur général de la Ville afin de pouvoir relever de «nouveaux défis».

Celui qui avait réintégré la table du conseil depuis 2007, après y avoir siégé de 1985 à 1993, a affirmé, lors d'un point de presse, avoir mûrement réfléchi à sa décision.

Il assure ne pas quitter ses fonctions dans le district six avec amertume. Simplement, «il est temps de passer à autre chose», dit-il.

Serges Ruel, 55 ans, entend ainsi consacrer plus de son temps à son entreprise, Service Vidéo Image. Aussi, il dit avoir «quelques offres d'emploi à considérer».

Après avoir oeuvré aux côtés de son ex-homologue à la table du conseil Pierre Breton lors de la récente campagne électorale fédérale, M. Ruel pourrait-il faire partie de l'équipe du nouveau député de Shefford à Ottawa?

«Actuellement, il y a des discussions, mais il n'y a rien de confirmé», a-t-il reconnu du bout des lèvres.

«Il y a aussi d'autres employeurs possibles», s'est-il empressé d'ajouter.

Bilan

Serges Ruel qui, en 1985 était, à 25 ans, le plus jeune conseiller municipal de Granby, affirme être particulièrement fier du travail effectué dans les dossiers culturels. «Je crois avoir participé au rehaussement de l'offre culturelle et à son accessibilité», dit-il.

Le conseiller municipal avait d'ailleurs habitué les citoyens au cours des dernières années à ses «capsules culturelles» qu'il présentait lors des séances du conseil.

«Je suis très reconnaissant au milieu de la culture de m'avoir fait grandir. Je continuerai à vous offrir mon soutien et à vous assister dans la promotion de la culture», déclare celui qui a notamment été «associé de près» au Festival international de la chanson de Granby au cours des trois dernières décennies.

Certains dossiers culturels, comme celui de la modernisation de la bibliothèque municipale, ont parfois créé des frictions à la table du conseil, notamment avec le maire, Pascal Bonin.

«Je suis quand même très satisfait de ce qu'il s'est passé dans les derniers temps. Au cours des deux dernières années, j'ai senti une collaboration avec M. Bonin (Pascal, le maire) et certains membres du conseil pour aider davantage le milieu culturel. Et ça, pour moi, c'est une belle victoire», dit-il.

Prime de transition

Lorsqu'il a quitté la vie politique en 1993, Serges Ruel avait eu droit à une prime de transition. Le scénario se répétera avec ce deuxième départ. Et il entend se prévaloir des sommes qui lui reviennent. «Les règles existent pour tout le monde, que ce soit pour les élus qui se font battre ou qui se retirent», dit M. Ruel.

Ce dernier reconnaît néanmoins que le sujet est délicat. «Quand on parle de sous, ça dérange toujours. Mais les règles sont connues d'avance», dit-il.

Le maire Pascal Bonin a dit hier accepter la décision de Serges Ruel et a salué son «engagement marqué pour la communauté culturelle».

Il reconnaît ne pas avoir toujours été «au diapason» avec M. Ruel. «Mais on collaborait plus facilement dans la dernière année. Il est pour beaucoup dans mon ouverture à la culture», dit-il.

 «Le train va malgré tout continuer à avancer», laisse tomber Pascal Bonin. La démission de Serges Ruel sera signifiée lors d'une prochaine séance publique du conseil municipal. Par la suite, la présidente d'élection devra tenir un scrutin dans le district six dans les quatre mois suivants.

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer