Protec-Style : l'expérience d'une sommité de l'alpinisme mise à profit

L'alpiniste américain Ed Viesturs (photo) a accepté de... (Photo Alain Dion)

Agrandir

L'alpiniste américain Ed Viesturs (photo) a accepté de mettre à profit son expertise dans le cadre de l'expédition qui sera réalisée en avril 2016 par l'alpiniste québécois, Jean-François Tardif, pour tester la technologie de Protec-Style. Il était de passage à Granby mercredi.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Pour son projet consistant à intégrer l'asclépiade comme isolant dans les vêtements de plein air, Protec-Style ne pouvait espérer un meilleur scénario.

Ed Viesturs, une sommité américaine de l'alpinisme, était de passage avant-hier dans les installations de la PME granbyenne. M. Viesturs mettra à profit sa vaste expérience des hauts sommets dans le cadre de l'expédition du Québécois Jean-François Tardif, qui portera des vêtements isolés à l'asclépiade lors de son ascension du mont Everest en avril 2016.

«Il y a une reconnaissance internationale de ce que nous essayons de faire ici», s'est réjoui jeudi en entrevue le président de Protec-Style, François Simard.

Mercredi, il a passé la journée en compagnie de M. Viesturs, de Jean-François Tardif et de représentants du fabricant de vêtements de plein air québécois Chlorophylle, aussi engagé dans l'aventure.

L'expertise d'Ed Viesturs n'est pas négligeable. Il fait partie du club très sélect des alpinistes qui ont réussi à atteindre les 14 sommets de plus de 8000 mètres sur la planète. En fait, il est le premier Américain à avoir réalisé cet exploit sans apport d'oxygène. Aujourd'hui, il est notamment consultant en design pour divers fabricants de plein air. Certains le connaissent pour son reportage sur l'Everest en 1996, présenté au cinéma IMAX, ou pour sa collaboration au tournage du film Vertical Limit.

«Il a été sept fois à l'Everest. C'est l'expert le plus aguerri qu'on ne peut pas avoir», laisse tomber François Simard.

Ed Viesturs a ainsi accepté de «coacher» Jean-François Tardif dans le cadre du défi qui l'attend le printemps prochain. Déjà, il y est allé de quelques conseils lors de l'essayage par M. Tardif du prototype de combinaison qu'il portera lors de son ascension sur le toit du monde, rapporte M. Simard.

Atouts intéressants

Selon le président de l'entreprise, Ed Viesturs a été mis au parfum de la technologie de Protec-Style par Jean-François Tardif. «Il a fait huit heures de vol pour venir ici parce que c'est quelque chose qui l'attirait. On a mis la nature dans un manteau sans presque l'altérer. Il est aussi intéressé par les performances de l'asclépiade: c'est chaud comme un duvet et ça ne prend pas l'eau. Ce sont des atouts intéressants pour un alpiniste», estime M. Simard.

Ed Viesturs devrait aussi évaluer lui-même la technologie de Protec-Style au cours des prochains mois afin d'y apporter ses commentaires.

Janique Scott, présidente de Fibre Monark, une entreprise créée pour commercialiser la technologie de Protec-Style, se réjouit également de la collaboration d'Ed Viesturs. «C'est très encourageant, a-t-elle dit hier. On n'est même pas à l'étape de commercialisation et on peut faire des tests avec des sommités. Avec des résultats concluants, ça ne peut pas être mieux comme indice sur notre produit.»

Il a été impossible hier d'obtenir les commentaires de M. Viesturs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer