Surplus de 3,5 millions à Saint-Césaire

Saint-Césaire devrait dégager un surplus d'environ 3, 475... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Saint-Césaire devrait dégager un surplus d'environ 3, 475 millions de dollars au terme de l'année. De ce montant, 3,225 millions sont attribuables à la vente du terrain de golf et au règlement des assurances à la suite de l'incendie du chalet d'accueil, en 2014.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Sainte-Césaire) Saint-Césaire devrait dégager un surplus d'environ 3, 475 millions de dollars au terme de l'année. De ce montant, 3,225 millions sont attribuables à la vente du terrain de golf et au règlement des assurances à la suite de l'incendie du chalet d'accueil, en 2014.

Cette transaction permettra à la municipalité de faire face au «grand défi» de renouvellement de ses infrastructures, a d'ailleurs laissé savoir le maire Guy Benjamin, qui a présenté mardi soir le rapport sur la situation financière de la municipalité.

Par ailleurs, la dette à long terme de Saint-Césaire devrait s'élever à 5 358 700$, après un remboursement de 755 000$. La municipalité recevra également une subvention de 999 500$, issue de programmes provinciaux et fédéraux.

Réalisations et projets

L'année 2015 a été marquée par le début des travaux de réfection du Complexe sportif Desjardins, un investissement de 2,7 millions de dollars, incluant une subvention de 600 000$ de Québec. «Ces travaux, rendus nécessaires pour éviter la désuétude du bâtiment, vont permettre de changer tout le revêtement extérieur tout en aménageant un nouveau vestibule d'entrée. Par ailleurs, l'efficacité énergétique du bâtiment sera optimisée avec la reconfiguration des différents systèmes de ventilation, de climatisation et d'éclairage», a affirmé l'élu. Pour améliorer l'accès au centre aquatique et à la caserne de pompiers, la municipalité a aussi acquis l'immeuble situé à son entrée est, et le démolira sous peu.

Parmi les faits saillants figure aussi le dossier «sensible» de l'agrandissement de l'école Saint-Vincent, dans le cadre duquel neuf résidences de l'avenue Saint-Paul et de la rue de Vimy seront expropriées, et qui nécessitera un investissement d'environ 3,5 millions de dollars de la municipalité. À ce sujet, M. Benjamin a exprimé à nouveau sa plus grande désolation pour les propriétaires concernés.

M. Benjamin a également annoncé quelques grandes orientations qui donneront le ton au budget de l'année 2016. Celui-ci sera présenté et adopté en même temps que le programme triennal d'immobilisations pour les années 2016 à 2018 lors d'une séance extraordinaire, prévue autour de la mi-décembre.

Parmi les priorités sur la table l'an prochain figure le dossier de l'approvisionnement en eau potable. «Différents scénarios sont toujours à l'étude et des conclusions devraient voir le jour l'an prochain», a déclaré M. Benjamin.

La mise à jour du plan d'intervention des réseaux municipaux, tel qu'exigé par le ministère des Affaires municipales, devrait pour sa part être déposée en début d'année. Enfin, le maire a indiqué que la demande d'agrandissement du périmètre urbain de la municipalité, qui pourrait lui permettre d'amorcer un projet de développement domiciliaire, suit toujours son cours à la Communauté métropolitaine de Montréal, à la Commission de protection du territoire agricole du Québec et au ministère des Affaires municipales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer