Règlement sur les résidences pour aînés : une révision bien accueillie

La présidente du conseil d'administration des Villas des... (photo Alain Dion)

Agrandir

La présidente du conseil d'administration des Villas des Monts de Sutton, Alexandrine Poissant, et Stéphan Corriveau, directeur du Réseau québécois des OSBL d'habitation, ont louangé le projet de règlement déposé par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, concernant la révision des règles pour les résidences pour aînés.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Sutton) Les intervenants du Réseau québécois des OSBL d'habitation approuvent les modifications proposées par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, concernant la certification des résidences pour personnes âgées.

Le Réseau répond ainsi à la demande du ministre, qui souhaite entendre l'opinion des gens du milieu, résidents comme employés des établissements, sur son projet de règlement. La première action s'est tenue dans la résidence Villas des Monts de Sutton, lundi après-midi, en présence de 35 des 40 résidents.

Les Villas des Monts de Sutton, une résidence pour personnes autonomes, s'est décertifiée récemment. Raison invoquée: le règlement mis en place sous le gouvernement Marois, en février 2013, imposait l'emploi de gardiens de sécurité formés afin d'assurer une surveillance 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Trop onéreux, a-t-on jugé.

«Ils ont adopté un règlement qui était mur à mur, ne faisant pas la différence entre des résidences pour personnes autonomes et les CHSLD, déplore Stéphan Corriveau, directeur du Réseau québécois des OSBL d'habitation. Le règlement disait que pour éviter les problèmes d'abus envers les aînés, on mettrait des gardiens 24/7. Mais ils ne disaient pas que le gouvernement allait payer pour ça. Ça voulait dire que les résidents allaient payer.»

Après une période de transition et un décret repoussant la date butoir pour se conformer, celle-ci était imminente.

Pas les moyens de payer

Aux Villas des Monts de Sutton, une telle contrainte aurait entraîné une augmentation de loyer de 305$ par mois, par locataire. Le constat est semblable dans les 256 résidences pour personnes autonomes, dont 114 se sont décertifiées, selon les propos tenus par le ministre Barrette en octobre.

«C'est beaucoup de sous, dit M. Corriveau. Et on sait que, dans les OSBL d'habitation pour aînés à travers le Québec, 85% de ces personnes ont moins de 20 000$ de revenus par année. Trois cents dollars de plus par mois pour se loger, c'est une somme qui est trop importante. Ici, si jamais il y avait une hausse de loyer, sur les 40 locataires, il y en a au moins huit qui seraient obligés de quitter pour aller vivre en logement privé, comme un sous-sol humide.»

Au terme de deux ans de négociations, le projet de règlement a été déposé. Avec l'annonce du Dr Barrette, la date limite pour se conformer a été retardée de nouveau, le temps que le projet soit étudié et adopté.

«Ils ont publié un projet de règlement qui dit qu'au lieu qu'il n'y ait qu'une sorte de résidence au Québec, il y en a quatre», mentionne le directeur du Réseau. Les nouvelles règles permettraient notamment à la résidence suttonnaise «de réintégrer la certification, tout en maintenant le système de surveillance communautaire impliquant des bénévoles qui a fait ses preuves».

Réactions positives

Aux côtés de Martin Bécotte, directeur de la Fédération régionale des OSBL d'habitation de la Montérégie et de l'Estrie, de la présidente et d'un membre du C.A. de la résidence suttonnaise et du maire Louis Dandenault, M. Corriveau a invité les résidants à contacter le député de Brome-Missiquoi, Pierre Paradis, pour leur faire savoir à quel point ils sont bien aux Villas.

Le C.A. a par ailleurs applaudi le projet de règlement du Dr Barrette. «Le conseil d'administration veut exprimer à la population et aux élus l'importance que les modifications proposées soient adoptées le plus rapidement possible, telles quelles, affirme la présidente et membre fondatrice, Alexandrine Poissant. La réglementation ferait en sorte que nous serions dans la catégorie 1. On pourrait être comme nous avons toujours été depuis l'ouverture, il y a neuf ans.»

En se décertifiant, la résidence avait en effet été obligée de couper dans les services offerts pour n'en conserver qu'un seul. Le service de cafétéria a été choisi. Si le projet est adopté, la maison de 40 logements pourra retrouver ses services de base, comme les loisirs et la sonnette d'alarme dans les chambres et les salles de bain.

Devant les médias, des questions ont été posées aux aînés. Et les réponses étaient claires.

Se sentent-ils en sécurité? La réponse est bien évidemment oui.

Y a-t-il de l'écoute aux problèmes évoqués? Oui, encore une fois.

Veulent-ils un gardien 24/7 pour 305$ par mois? Encore là, la réponse est sans équivoque. C'est non.

La déclaration publique du Réseau québécois des OSBL d'habitation était sa première, mais pas la dernière. M. Corriveau en promet d'autres d'ici la fin de novembre partout dans la province. Un mémoire a également été déposé.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer