L'heureux retour de Denis Paradis

Denis Paradis effectuait cette semaine son retour sur... (photo Marie-Ève Martel)

Agrandir

Denis Paradis effectuait cette semaine son retour sur la colline parlementaire, après près d'une décennie d'absence.

photo Marie-Ève Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Ottawa) Dans tous les couloirs, quelqu'un s'arrêtait pour lui serrer la main et lui souhaiter un bon retour à Ottawa. Les quelques instants passés en compagnie de Denis Paradis à la Chambre des communes mercredi avaient des airs de retrouvailles.

Agents de sécurité, pages, gendarmes, employés du Parlement: tous ont semblé se réjouir de la réélection du député de Brome-Missisquoi. Mais pas autant que le principal intéressé. «Avec le temps, les employés et les collègues deviennent un peu comme une deuxième famille. Je trouve ça super», explique-t-il, tout sourire.

«Je suis de retour après trois défaites consécutives. La confiance des gens me fait du bien», ajoute-t-il.

Celui qui est de retour en poste après près d'une décennie d'absence s'affaire actuellement à bâtir son équipe. M. Paradis se trouve dans la capitale depuis le début de la semaine afin de suivre la formation offerte aux députés. «Je l'avais faite il y a dix ans, mais j'ai l'impression que la paperasse a augmenté!» lance-t-il avec humour, ajoutant que la dimension technologique a pris beaucoup plus d'importance dans le quotidien des élus depuis son départ.

Il n'a pas encore été assermenté; cela se fera plus près de la rentrée parlementaire. Une centaine d'invités, proches, bénévoles et membres de l'équipe Paradis pourront assister à l'officialisation de son retour à Ottawa.

Travail d'équipe

Ne se formalisant pas d'en avoir été écarté, l'ancien ministre se dit épaté de la composition du premier cabinet Trudeau. «Je n'ai jamais vu un caucus regroupant autant de compétences. Ça devrait livrer assez rapidement», estime-t-il, soulignant les nombreuses qualités de plusieurs ministres.

Selon lui, un vent de changement souffle déjà sur la colline parlementaire. «Je sens que cette législature-là va être différente. Le climat va changer. On va travailler ensemble», confie-t-il.

En outre, le fait que la région se soit teintée de rouge pour les quatre prochaines années fait croire à M. Paradis que le travail sera une partie de plaisir. «J'ai hâte de travailler avec Pierre [Breton], Jean Rioux, Marie-Claude Bibeau. De bons députés dans la région», commente-t-il.

Le député est aussi ravi de travailler à nouveau avec d'anciens collègues, qui l'aideront beaucoup à faire progresser ses dossiers. «Je peux dire que dans mon cas, mes chums sont dans des endroits stratégiques!», blague M. Paradis.

«Un de mes engagements concerne les lacs Champlain et Memphrémagog. La commission nationale sur les eaux limitrophes relève du ministère de mon ami Stéphane Dion, nommé aux Affaires internationales [...] Et Lawrence MacAulay a été nommé ministre de l'Agriculture, poursuit-il. C'est un vieux chum, un très bon ami à moi et à mon frère. Pierre [Paradis, ministre québécois de l'Agriculture] doit jubiler. C'est le fun de le retrouver.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer