Les veilles se poursuivent, dit le ministre Moreau

À Sainte-Julienne, des fouilles ont aussi été effectuées... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

À Sainte-Julienne, des fouilles ont aussi été effectuées dans une école secondaire après son évacuation. Un élève pourrait être accusé de méfait. Des écoles de plusieurs régions du Québec ont dû être évacuées en raison de cette menace.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Québec

Les policiers poursuivent leur veille à la suite des menaces d'attentats à la bombe dans environ 80 établissements scolaires québécois qui se sont avérées non fondées, a déclaré mercredi le ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau.

En dressant un bilan de l'opération policière qui s'est déroulée mardi, M. Moreau a affirmé que l'enquête se poursuivait afin d'identifier la source de cette menace d'attentats à la bombe transmise par courriel.

Quatre jeunes âgés de 16 et 17 ans ont été arrêtés relativement à des menaces proférées la semaine dernière contre des écoles des régions de l'Outaouais et d'Ottawa, a confirmé la Sûreté du Québec (SQ) en fin de journée mercredi.

Les individus, originaires de Wakefield, Chelsea et L'Ange-Gardien, devaient comparaître au palais de justice de Gatineau en fin de journée mercredi, selon la SQ. Ils devaient alors être accusés de méfaits.

La SQ indique qu'elle ne peut toutefois tracer un lien pour l'instant entre ces cas et les appels à la bombe contre plusieurs écoles du Québec et de l'Ontario, mardi.

Plus de 70 établissements du primaire, du secondaire et du collégial ont dû être fouillés mardi par les policiers pour déterminer qu'aucun engin explosif ne s'y trouvait, a indiqué le ministre Moreau.

«Les autres n'ont pas été fouillés étant donné que le niveau d'évaluation de menace ne justifiait pas qu'un déploiement semblable soit fait», a-t-il dit.

Un protocole de veille mis en place avec les écoles en fin de soirée mardi a démontré qu'aucun nouveau message menaçant n'avait été reçu dans les établissements.

Après les évacuations de mardi, les écoles devront maintenir un niveau d'alerte sur les communications et les abords des établissements pour une période qui n'a pas été précisée.

«L'évaluation du facteur de risque est faite sur une base continue. Lorsque les forces policières nous indiqueront que le risque est redevenu normal, à ce moment, les mesures de veille cesseront», précise Pierre Moreau.

Dans un communiqué envoyé aux écoles, le groupe Sceptre rouge affirmait que ses gestes menaçants pourraient s'étendre jusqu'à vendredi.

Des écoles de plusieurs régions du Québec ont dû être évacuées en raison de cette menace, qui a forcé un déploiement policier d'envergure, une opération dont M. Moreau n'était pas en mesure d'évaluer le coût, mercredi.

M. Moreau a répété que le ou les auteurs du courriel de menaces pourraient faire face à des accusations d'actes terroristes, même si leur geste ne s'est pas concrétisé.

Deux autres écoles ciblées

Par ailleurs, deux écoles secondaires ont été la cible de menaces isolées, mercredi matin, dans un arrondissement de Montréal ainsi que dans la région de Lanaudière.

Dans l'arrondissement Lachine, des policiers ont fouillé une école secondaire que la direction avait fait évacuer après la découverte d'une lettre menaçante, dont la teneur n'a pas été révélée. Les élèves ont ensuite pu réintégrer l'établissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer