Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham optent pour le bac brun

Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham mettront en place... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham mettront en place dès 2017 une collecte pour recueillir les matières organiques de leurs citoyens.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Les villes de Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham ont fait leur choix: dès le printemps 2017, elles mettront en place une collecte pour recueillir les matières organiques de leurs citoyens. Toutes les matières seront acheminées sur une plateforme à la Régie intermunicipale d'élimination de déchets solides de Brome-Missisquoi pour être transformées en compost.

Le maire de Farnham, Josef Hüsler. ... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Le maire de Farnham, Josef Hüsler. 

archives La Voix de l'Est

Le quatuor de villes, propriétaire de la RIEDSBM, tentera de convaincre les 17 autres municipalités de la MRC Brome-Missisquoi de faire de même en envoyant leurs matières sur la plateforme de la Régie à Cowansville.

«C'est officiel», a indiqué lundi soir le maire de Farnham, Josef Hüsler, au terme de l'assemblée où son conseil a entériné le projet. Les trois autres municipalités partenaires dans la RIEDSBM feront de même dans les prochains jours, a-t-il dit. «On a des obligations. Il faut qu'on aille de l'avant. On a attendu trop longtemps avant de se décider.»

La décision des quatre municipalités survient moins de deux semaines après l'annonce de la MRC Brome-Missisquoi d'étudier les options s'offrant à elle pour revaloriser les matières organiques produites sur son territoire. L'étude devait impliquer des représentants de la RIEDSBM.

Il appert que les deux entités municipales ne partagent pas la même analyse de leurs responsabilités respectives dans ce dossier, chacune voulant en prendre le leadership.

Une confusion à ce sujet existe, a confirmé M. Hüsler. Aucun des maires des quatre villes n'est intervenu en assemblée de la MRC à la mi-octobre pour rappeler que la RIEDSBM s'occupait d'évaluer les solutions pour la revalorisation des matières organiques. «Ça nous a échappé. On ne s'attendait pas à ce que la MRC propose de s'en occuper; ça s'est fait à la dernière minute», a-t-il expliqué en entrevue.

Les quatre maires en ont discuté la semaine dernière. Ils en sont venus à la conclusion qu'il appartenait à la RIEDSBM de traiter les matières organiques de leur municipalité. M. Hüsler a dit espérer que les autres municipalités allaient les suivre. «C'est dans notre intérêt à tous. Plus on aura de tonnage, plus on va amortir les coûts.»

Bien que la solution de revalorisation soit choisie, beaucoup de discussions restent à faire, a souligné M. Hüsler. «On a décidé de prendre les bacs bruns. Mais on ne sait pas encore comment on va les financer, qui va s'occuper de la collecte, qui va payer. On doit discuter de tout ça.»

Biométhanisation écartée

Chose certaine, la filière de la biométhanisation (captation des biogaz lors du processus de décomposition des matières) est écartée. Trop chère, a dit le maire Hüsler. «Ce sont des coûts phénoménaux, de 30, 35 millions (de dollars). La Régie n'a pas la capacité d'investir de tels montants.»

La Ville de Bromont est la seule municipalité de la MRC à offrir la collecte de matières organiques à ses citoyens. Elle a inauguré son service au printemps dernier.

Le gouvernement du Québec donne jusqu'au 1er janvier 2020 aux municipalités pour qu'elles détournent les matières organiques de l'enfouissement. Elles devront revaloriser tout ce que produisent leurs citoyens, les commerces, les institutions et les industries.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer