Le communautaire remet ses clés à Bonnardel

Le député de Granby, François Bonnardel, s'est rapidement... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député de Granby, François Bonnardel, s'est rapidement trouvé les mains pleines de clés.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Dans un geste hautement symbolique, de nombreux organismes communautaires de la région ont remis les clés de leurs locaux au député de Granby François Bonnardel, lundi avant-midi, afin qu'il les remplace pendant leurs deux journées de grève.

«Vous devrez répondre aux gens à notre place. On vous souhaite bonne chance», a lancé d'emblée Martine Bédard, coordonnatrice de la Dynamique des handicapés de Granby et région.

Tour à tour, chaque organisme a rappelé les raisons qui motivaient la grève, y allant parfois de conseils à l'endroit de leur suppléant. «Avec de la compassion et de l'écoute, ça devrait bien aller», a affirmé Sophie Labrie, représentant le CALACS, alors qu'elle prenait la parole devant le député, qui s'est vite retrouvé les mains pleines de clés.

Un coup d'éclat qui a semblé émouvoir le député, qui s'est engagé à apporter ces dizaines de trousseaux - et le message sous-entendu - à l'Assemblée nationale.

«C'est un symbole plus que fort que vous m'envoyez, a-t-il répondu aux quelques dizaines de manifestants sur place. Pour moi, les organismes communautaires sont aux soins intensifs. Ça va extrêmement mal.»

«J'ai vu à quel point la situation a changé. Maintenant, même la classe moyenne a besoin de vos services, ce ne sont plus que les plus démunis», a-t-il poursuivi, faisant référence au calcul de toutes les hausses tarifaires et coupes instaurées depuis l'arrivée du gouvernement Couillard, qui priveraient chaque famille de 1500$.

«Jamais je n'accepterai qu'on touche à un organisme de ma région. Je comprends votre désarroi et on doit se réveiller», a renchéri le député Bonnardel, chaleureusement applaudi par les manifestants.

Manifestation

Quelques instants plus tôt, les représentants d'une vingtaine d'organismes communautaires régionaux s'étaient donné rendez-vous devant le bureau du député pour dénoncer les mesures d'austérité décrétées par Québec, encouragés par des automobilistes qui leur témoignaient leur soutien par des coups de klaxon. «Ensemble solidaires, soutenons le communautaire!» scandaient ces hommes et ces femmes venant en aide à leur prochain.

Ces manifestants tenaient bien sûr des pancartes, mais aussi des parapluies arborant slogans et demandes. La forme de l'objet rappelant une cible, plusieurs parapluies ont été décorés en ce sens, pour rappeler que les organismes communautaires étaient toujours parmi ceux qui écopent en premier quand vient le temps de se serrer la ceinture.

«L'austérité touche particulièrement les femmes, qui s'appauvrissent et se retrouvent en détresse plus rapidement, souligne Sophia Cotton, coordonnatrice du centre Entr'elles. Sans augmentation de notre financement et avec la hausse de nos coûts d'opération, on ne suit pas la cadence.»

Revendications

Les représentants ont aussi fait valoir quatre revendications, soient le respect et l'autonomie des organismes communautaires, jumelés à la reconnaissance de leur apport à la société québécoise; le plein financement de la mission globale des organismes; l'indexation annuelle des subventions à ces organismes de même que la fin des compressions, accompagnée d'un réinvestissement majeur dans les services publics et programmes sociaux.

«M. Couillard, arrêtez de jouer avec la qualité de vie des gens et soyez courageux pour une fois comme premier ministre. Allez chercher l'argent là où il se trouve réellement, dans l'évasion fiscale par exemple!» a clamé Sylvain Dupont, directeur général de la Corporation de développement communautaire Haute-Yamaska.

La vingtaine d'organismes fera à nouveau la grève, mardi, alors qu'un grand rassemblement régional est prévu à Sherbrooke. «Il va falloir que tout le monde sorte dans la rue en même temps. Pas juste les écoles, pas juste les organismes, tout le monde, croit Joseph-Anne St-Hilaire, coordonnatrice de L'Autre Versant. Autrement, ça ne fait pas mal, ça ne dérange pas le gouvernement.»

Dans un geste hautement symbolique, de nombreux organismes communautaires de la région ont remis les clés de leurs locaux au député de Granby François Bonnardel, lundi avant-midi, afin qu'il les remplace pendant leurs deux journées de grève. - Photos Janick Marois

Quelques instants plus tôt, les représentants d'une vingtaine d'organismes communautaires régionaux s'étaient donné rendez-vous devant le bureau du député pour dénoncer les mesures d'austérité décrétées par Québec. «Ensemble solidaires, soutenons le communautaire!» scandaient ces hommes et ces femmes venant en aide aux plus démunis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer