Halloween: une histoire de famille

Une équipe de 18 personnes ont joué des pirates... (photo Alain Dion)

Agrandir

Une équipe de 18 personnes ont joué des pirates de tout acabit, samedi, à Farnham. Pour avoir des bonbons, les enfants devaient réussir des épreuves. - Photo Alain Dion

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Farnham) Pendant que des milliers d'enfants partaient samedi à la chasse aux bonbons, un groupe de 18 joyeux lurons amenait les monstres, princesses, minions et personnages de tout acabit dans un univers de pirates.

Mère Louve (de son nom scout), ses filles et son gendre ont transformé la galerie avant de la maison familiale, à Farnham, en bateau pirate, offrant ainsi une immersion dans ce monde imaginaire aux enfants. Pour avoir leur sac de bonbons et leur jus - ou leur sac de croustilles -, les enfants devaient réussir des épreuves. En gagnant, les moussaillons recevaient un écu. En échange de deux écus, ils pouvaient prendre possession de leur trésor.

Les membres de l'équipage, capitaines en surnombre et matelots de tous genres, étaient interprétés par des adultes aguerris aux jeux de rôle. «On s'entoure de gens qui ont des passions pour des thématiques, des costumes, le théâtre, explique Akéla, qui préfère s'identifier par son nom d'animatrice scout pour éviter d'être retrouvée sur les réseaux sociaux par les jeunes. C'est aussi une occasion d'être ensemble et d'avoir du plaisir.»

L'effet est réussi. Les costumes sont magnifiques et les enfants sont ravis. Sur le terrain de la maison, une bâche bleue représente l'océan. Des bâches blanches rappellent les voiles du bâtiment marin. Sur la planche, d'où les traîtres sont envoyés à la mer, trône un rat dont les poils sont faits de cheveux humains. Sur l'eau, on peut voir deux ailerons de requins. Sur le navire, plusieurs chaînes pendent aux côtés des cordages, de même qu'un squelette ou deux. Un chat horrifiant se tient, mécontent, entre les matelots. L'ensemble est éclairé par des torches, des chandelles, et une lumière rouge, sur le bateau, et bleue, sur l'eau.

Pour avoir droit à leurs bonbons, plusieurs épreuves étaient possibles, expliquent quelques enfants rencontrés sur place. «J'ai battu le pirate juste en donnant deux coups», raconte Frédéric, 7 ans.

Les soeurs Emma, Florence et Élisanne ont beaucoup aimé leur expérience. Elles ont trouvé la reproduction de la planche ingénieuse.

Cassiopée, aussi âgée de 7 ans, a «brassé des dés pour gagner contre le pirate.» Ce n'est pas la première fois que la jeune fille, déguisée pour Halloween en pirate, vient à cette adresse. «Ils sont bien organisés», ajoute son père.

Depuis 13 ans, cette famille de Farnham a exploité différentes thématiques et mis tous les efforts pour créer un effet grandiose, en commençant par Aladin puis en achetant 800 livres de citrouilles, toutes éclairées de lumières de Noël. L'an dernier, inspirée par l'épidémie d'Ebola, elle a créé une zone à risque, où les enfants avaient un rôle à jouer dans le combat contre le virus.

Pour Akéla, ses deux soeurs, son conjoint et ses parents, Halloween est un incontournable, année après année. Ils sont fortement liés au mouvement scout et organisent la fête avec une pensée particulière pour les enfants qu'ils animent.

La maison a été inscrite dans les adresses à voir dans le circuit de la Ville de Farnham. Si bien qu'avec la distribution de la liste des adresses dans les écoles, on attendait 600 enfants sur le bateau pirate, samedi soir.

Pour la famille, leur Noël, c'est l'Halloween.

«Pour nous, c'est spécial parce que c'est très familial, explique Akéla, déçue qu'il y ait considérablement moins de maisons participantes. Depuis mon enfance, on décore la maison en plus de passer l'Halloween et on fait toujours des thématiques.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer