Santé : les grévistes ont la sympathie du public

Des dizaines de professionnels de la santé ont... (photo Janick Marois)

Agrandir

Des dizaines de professionnels de la santé ont manifesté bruyamment leur mécontentement devant le CHG, mercredi.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Alors que les négociations du secteur public piétinent avec Québec, des centaines de membres du Front commun intersyndical de la région ont débrayé pour une troisième journée consécutive, mercredi. Et les grévistes semblent avoir la sympathie de la population. C'est ce que La Voix de l'Est a constaté sur le terrain.

Pendant que des dizaines de professionnels de la santé manifestaient bruyamment leur mécontentement devant le Centre hospitalier de Granby (CHG), pancartes à la main, des patients qui entraient et sortaient de l'établissement les observaient du coin de l'oeil. Huguette Authier était du nombre. Sans hésiter, la Granbyenne a indiqué au journal qu'elle endosse les revendications derrière le mouvement contestataire. «Les membres du personnel médical ont raison de faire la grève. Les enseignants aussi d'ailleurs. Ils le font avant tout pour le bien de toute la population. Oui, il y a une question de salaire dans tout ça, mais il s'agit surtout d'améliorer les conditions de travail. J'ai été moi-même enseignante et je sais qu'il faut se battre longtemps pour se faire entendre avec le gouvernement.»

Carole Forand a abondé dans le même sens. «Je regardais les gens travailler à l'intérieur [de l'hôpital] tantôt. De vraies petites abeilles. Ils n'ont même pas le temps de prendre une pause. Tu ne peux pas travailler 60 à 70 heures sans que ta propre santé écope. Mais malgré toute la pression qu'ils subissent, ils gardent le sourire. Alors je crois que c'est tout à fait légitime de demander de travailler dans de bonnes conditions», a-t-elle fait valoir.

«Il faut plus de personnel pour soigner la population. Alors si faire la grève peut changer quelque chose là-dedans, tant mieux», a pour sa part soutenu Alexandre Chénier.

Loi spéciale

Le gouvernement recourra-t-il à une loi spéciale si la grève des effectifs de la fonction publique devait se poursuivre? Chantal Lamarche, une résidante de Saint-Paul-d'Abbotsford, est d'avis que oui. «La grève se fait dans le respect. Le service aux patients n'est pas trop perturbé dans l'ensemble. Ils ont le droit de manifester, mais en fin de compte, je crois que ça ne changera rien. Le gouvernement va les obliger à retourner au travail.»

Michel Landry, de passage à Granby pour accompagner sa mère au CHG, tient des propos similaires. «Le personnel du réseau de la santé mérite une augmentation de salaire, a mentionné le citoyen de Châteauguay. Mais comme contribuables, il y a une limite à ce qu'on peut payer. Je crois que le gouvernement va recourir bientôt à une loi spéciale pour empêcher la grève. Et les [syndiqués] seront de retour à la case départ.»

De son côté, la présidente de l'exécutif local de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) en Haute-Yamaska, Annie Sabourin, croit que la «pression de l'opinion publique» jouera en faveur des grévistes. «Il y a 250 membres de l'APTS [Haute-Yamaska] qui manifestent aujourd'hui (mercredi). M. Coiteux [le président du Conseil du trésor] devra nous écouter un jour ou l'autre. On sent vraiment que la population est derrière nous. Que ce soit avec un coup de klaxon ou un sourire, ça nous touche. Il y a toujours des exceptions, mais la plupart des gens comprennent qu'on fait aussi ça pour eux.»

François Chamberland, conseiller syndical de l'APTS, n'écarte toutefois pas le scénario de l'imposition d'une loi spéciale par Québec. «La grève rotative pourrait s'échelonner jusqu'en décembre. On ne souhaite pas se rendre là, mais on va tenir notre bout. C'est possible qu'on ait les mains liées par une loi. Mais il n'est pas question d'embarquer dans une grève illégale, a-t-il assuré, parce que les pénalités pourraient être énormes pour nos membres.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer