Paradis juge Postes Canada «cavalier»

«Je trouve Postes Canada cavalier», a affirmé lundi... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Je trouve Postes Canada cavalier», a affirmé lundi en entrevue le député fédéral de Brome-Missisquoi, Denis Paradis.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Farnham) Durant la campagne électorale fédérale, le chef libéral Justin Trudeau s'est prononcé en faveur d'un moratoire sur la fin de la livraison du courrier à domicile. Faisant fi de l'engagement du nouveau parti au pouvoir, Postes Canada a gardé le cap en stoppant le service postal à la porte de milliers de résidences à Cowansville et Farnham, lundi.

«Si j'étais Postes Canada, je prendrais un petit temps d'arrêt. Il y a un changement d'attitude à Ottawa. Je ne comprends pas que [la société d'État] défie un nouveau gouvernement. C'est bizarre qu'on agisse si promptement au moment même où un cabinet [ministériel] doit être formé. À 10 jours près, je trouve Postes Canada cavalier», a déploré en entrevue en matinée Denis Paradis, député fédéral de Brome-Missisquoi.

Prenant la balle au bond, le vétéran politicien a assuré qu'il compte remplir la promesse de son parti en défendant les intérêts des citoyens de sa circonscription dans le dossier. «Il me semble que ça aurait été la moindre des choses que Postes Canada appelle le nouveau député. Je leur aurais dit de reporter leur plan dans la région. La population a clairement dit qu'elle veut avoir ce service [de courrier à domicile]. On a été élus sur des engagements électoraux et, quant à moi, ils seront respectés. Je vais voir ce qu'on peut faire pour rétablir les choses», a poursuivi M. Paradis.

Rappelons que Postes Canada avait annoncé en novembre 2014 à ses effectifs de la région que la fin du courrier à domicile entrerait en vigueur à l'automne 2015. Cette mesure fait partie d'un vaste plan d'action visant la restructuration des opérations de la société d'État, présenté en décembre 2013. Cette réorganisation prévoit que près de 5500 adresses résidentielles dans ces deux villes (3080 à Cowansville et 2378 à Farnham) devront dorénavant recevoir leur courrier via des boîtes postales communautaires.

À ce propos, le conseil municipal de Cowansville avait adopté une résolution en mai 2014. Celle-ci stipule notamment «de consulter la population sur le genre de service postal dont celle-ci a besoin avant d'autoriser Postes Canada à effectuer des changements majeurs au service.» Une copie de cette résolution avait été acheminée à Lisa Raitt, ministre des Transports à ce moment.

Postes Canada recule

Or, en fin d'après-midi, lundi, coup de théâtre: la société d'État a émis un communiqué annonçant qu'elle suspendra temporairement dès novembre «le déploiement futur du programme visant à convertir la livraison à la porte à la livraison aux boîtes postales communautaires.» «Nous allons collaborer avec le gouvernement du Canada afin de déterminer la meilleure voie à suivre étant donné les défis constants auxquels est confronté le système postal canadien», écrit-elle.

Le recours à des boîtes postales communautaires à Farnham et à Cowansville se poursuivra toutefois, a confirmé Postes Canada.

Ces nouveaux rebondissements n'ont pas ébranlé le député Paradis. «Je ne me ferme pas les yeux parce qu'ils ont envoyé un communiqué, a affirmé ce dernier en fin d'après-midi. On va voir ce que ça va donner.»

«Ils auraient dû tout mettre sur la glace dès l'élection, pas à cinq heures ce soir (lundi)», a-t-il ajouté.

Point de non-retour

Le maire de Cowansville, Arthur Fauteux, est conscient que les élus de Cowansville se sont prononcés en faveur d'une consultation publique au sujet de l'avenir des services postaux sur leur territoire. Toutefois, il est d'avis que Postes Canada est «trop avancé» dans sa transition vers des boîtes postales communautaires pour «retourner en arrière». «Si [la fin du courrier à domicile] n'était pas faite ici, on aimerait mieux le statu quo. Je suis d'accord avec le nouveau gouvernement, un moratoire serait un grand soulagement dans l'ensemble du Québec. Mais, je vois mal comment on pourrait rétablir le service porte-à-porte ici», a-t-il indiqué au journal.

«Si on me demande ce que j'aime mieux entre démanteler ce qui est en place [boîtes postales communautaires] et investir dans les infrastructures de la ville, je n'hésiterai pas à opter pour la mise à niveau de nos installations», a-t-il poursuivi, citant en exemple le projet de restauration du chalet multifonctionnel du Centre de la nature.

Le maire de Farnham, Josef Hüsler, n'a pas rappelé La Voix de l'Est, lundi. 

Avec la collaboration de Cynthia Laflamme

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer