15e Journée maritime québécoise

La 15e Journée maritime québécoise, qui se déroule... (Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

La 15e Journée maritime québécoise, qui se déroule ce mardi à l'Assemblée nationale, permet aux représentants de l'industrie maritime de rencontrer les élus pour discuter des enjeux qui les concernent.

Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Raphaëlle Plante
Le Soleil

La 15e Journée maritime québécoise, qui se déroule ce mardi à l'Assemblée nationale, permet aux représentants de l'industrie maritime de rencontrer les élus pour discuter des enjeux qui les concernent. Organisée par la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES) et les Armateurs du Saint-Laurent le 4e mardi d'octobre, la Journée maritime aborde cette année le thème «Transporter en toute sécurité».

Le choix du thème de la sécurité apparaissait comme une nécessité pour la SODES et les Armateurs du Saint-Laurent, afin de «remettre le pendules à l'heure» et de s'assurer que l'information qui parvient aux représentants de la population au Parlement soit juste et vérifiée.

«Il y a un questionnement [sur la sécurité dans les transports] excessivement présent dans la population, dans les municipalités, surtout depuis [la tragédie ferroviaire de] Lac-Mégantic», indique Nicole Trépanier, pdg de la SODES. «C'est un questionnement qui est sain et fondé, mais il y a des faussetés qui se propagent [...] Il y a une tendance à laisser entendre qu'on fait n'importe quoi, n'importe comment», déplore Mme Trépanier, qui insiste sur l'importance de «rétablir les faits».

Un constat partagé par le directeur général des Armateurs du Saint-Laurent, Martin Fournier: «Il y a eu une crainte généralisée à tous les types de transport depuis Lac-Mégantic, la population avait une perception très négative [notamment] du transport maritime, alors que son bilan est remarquable. Les faits, les données démontrent que c'est [un moyen de transport] très sécuritaire.» Selon les données de la SODES, le taux d'accidents avec blessés y est 58 fois plus bas que celui du transport routier, et 14 fois plus bas que celui du transport ferroviaire.

M. Fournier signale d'ailleurs que «le secteur maritime est le plus réglementé en transport», l'industrie étant soumise à la réglementation fédérale ainsi qu'à 33 conventions internationales qui touchent à la sécurité des passagers, du personnel, des opérations, de l'environnement, etc.

Le Canada fait partie des 171 États membres de l'Organisation maritime internationale (OMI), l'institution spécialisée des Nations Unies chargée d'assurer la sécurité du transport maritime et de prévenir la pollution des mers par les navires. Le pays est donc soumis à cette autorité mondiale.

Pas que du pétrole

Il n'y a pas que des hydrocarbures qui sont transportés par bateau. «C'est beaucoup plus large que ça! Environ 90% des biens sont transportés par bateau dans le monde, que ce soit de l'équipement informatique ou électronique, des véhicules, des fruits, des matières premières...» indique la pdg de la SODES, qui célèbre cette année ses 30 ans d'existence.

Les principales marchandises transbordées dans les ports du Québec - qui représentent quelque 110 millions de tonnes par année - sont les minerais, les produits agricoles et alimentaires, les produits forestiers, les carburants et produits chimiques, les biens manufacturés et la machinerie et les équipements lourds.

Information accessible

Pour défaire certains mythes et véhiculer une information juste et vérifiée, l'industrie maritime a mis en place depuis juin le Bureau d'information maritime, «un guichet unique accessible à tous, sans frais», explique Nicole Trépanier. Le site Web (www.st-laurent.org/bim) présente une foule d'informations sur la sécurité, l'environnement ou encore l'économie liée à l'industrie, et il est possible d'appeler pour poser des questions et être référés à des experts (581-996-5823).

«C'est un exercice pédagogique et formateur. On a de plus en plus de demandes des écoles», signale Mme Trépanier, qui dit constater que «les gens aiment le fleuve, mais ne le connaissent pas».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer