Resserrement attendu de la sécurité au Parlement

Un officier de police d'Ottawa court, son arme... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Un officier de police d'Ottawa court, son arme en main, le 22 octobre 2014, alors que Michael Zehaf Bibeau abattait le caporal Nathan Cirillo.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne
Ottawa

De nouvelles mesures de sécurité pourraient être déployées prochainement sur la colline du Parlement dans la foulée du premier anniversaire des attentats à Ottawa - qui incluraient notamment un contrôle plus rigoureux des visiteurs se promenant à pied, selon un dirigeant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Un an après qu'un homme armé eut pénétré dans l'édifice du Centre du parlement, la GRC et les autorités fédérales attendent les résultats de deux enquêtes en profondeur qui jetteront les bases des nouvelles mesures de sécurité, a révélé Gilles Michaud, commissaire adjoint à la GRC.

Il a indiqué que le corps de police voulait ainsi s'assurer de considérer toutes les menaces potentielles.

Le 22 octobre 2014, Michael Zehaf Bibeau a abattu le caporal Nathan Cirillo, qui montait la garde au Monument commémoratif de guerre du Canada, avant d'entrer dans le Hall d'honneur du parlement, où il a été tué de plusieurs coups de feu.

La GRC était responsable de l'enceinte du parlement, alors que les gardiens de sécurité de la Chambre des communes et du Sénat étaient chargés de la sécurité à l'intérieur.

Deux enquêtes en cours

Les services de sécurité ont été fusionnés et s'occupent maintenant de la sécurité partout sur la colline - une réponse directe à l'attaque du 22 octobre - pour éviter toute confusion.

Or, Recherche et développement pour la défense Canada, une agence du ministère de la Défense, travaille discrètement sur deux enquêtes qui pourraient modifier encore davantage les mesures de sécurité sur la colline et dans une trentaine d'édifices situés près de l'enceinte du parlement.

L'un de ces rapports, qui devrait être complété d'ici la fin de l'année, se penche sur la formation des gardiens de sécurité, les exercices et les procédures de coordination des forces de sécurité nouvellement fusionnées.

L'autre enquête, qui devrait être complétée au mois d'avril, examine les autres investissements possibles dans les installations de sécurité et l'équipement, notamment.

«Je suis certain qu'ils étudient comment on pourrait mieux filtrer les visiteurs avant qu'ils ne se rendent sur la colline. Nous faisons une vérification des véhicules, mais qu'en est-il des gens? Comment pourrait-on faire cela sans limiter leur accès?», a soulevé M. Michaud.

Le commissaire adjoint a toutefois prévenu que cela ne voulait pas nécessairement dire qu'il y aura des guérites avec des gardiens partout sur la colline. Il pourrait y avoir par exemple des caméras de sécurité, a noté M. Michaud. «Il y a plusieurs façons de le faire», a-t-il ajouté.

Les nouvelles mesures seront présentées aux présidents de la Chambre des communes et du Sénat, qui sont responsables de la sécurité au parlement.

L'objectif est d'assurer l'équilibre entre la sécurité et un accès ouvert à cet endroit fréquenté tant par les Canadiens que par les touristes. «Nous devons respecter cela. Y a-t-il des moyens de respecter ce privilège important qui existe, tout en s'assurant que les gens qui visitent soient en sécurité et se sentent en sécurité?», a-t-il remarqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer