Le drame passionnel envisagé

En arrivant au domicile de la rue Gince,... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

En arrivant au domicile de la rue Gince, mardi soir les agents ont découvert deux corps inanimés.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) La thèse du drame passionnel est privilégiée par les enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec pour expliquer le décès d'un homme et d'une femme dont les corps inanimés ont été découverts mardi dans un jumelé de la rue Gince, à Granby.

«La thèse privilégiée pour l'instant est celle du drame passionnel, soit le meurtre suivi d'un suicide. Par contre, il faudra attendre d'obtenir l'analyse des résultats des autopsies avant de le confirmer», a fait savoir la sergente Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie, hier matin.

Les membres du service de l'identité judiciaire ont complété l'expertise de la scène vers 3 h mercredi. Rappelons qu'un proche inquiet des deux victimes a contacté les policiers de Granby vers 17 h mardi. En arrivant au domicile de la rue Gince, les agents ont découvert deux corps inanimés. Le décès de l'homme et la femme a été constaté à leur arrivée à l'hôpital.

Puisque la mort des deux personnes était considérée comme suspecte, l'affaire a été transférée à la SQ. Les enquêteurs des crimes majeurs ont rencontré des témoins et des proches de l'homme et la femme dont l'identité n'avait toujours pas été dévoilée au moment de mettre sous presse mercredi.

Du va-et-vient constant a été observé au jumelé où vivaient les victimes hier, soit à côté de celui occupé par des proches, selon ce que le journal a appris. Des amis et des membres de la famille se sont présentés sur place sans s'adresser aux représentants de la presse.

Des voisins rencontrés par La Voix de l'Est mercredi ont fait savoir que l'homme et la femme étaient des gens discrets. «Je voyais l'homme quand il promenait son chien et la dame quand elle allait travailler», a dit une voisine, secouée par le drame qui s'est produit non loin chez elle.

Le chien de l'homme et la femme a d'ailleurs été découvert sans vie dans le périmètre de sécurité, ce qui explique la présence de la Société de protection des animaux mardi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer