Retour triomphal pour Denis Paradis

Denis Paradis félicité par la coprésidente de campagne... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Denis Paradis félicité par la coprésidente de campagne de son bureau de Magog, Anne-Marie Dumas.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

La circonscription de Brome-Missisquoi est retournée, lundi soir, dans le giron libéral de Denis Paradis.

Cette fois aura été la bonne pour M. Paradis, qui a été député de Brome-Missisquoi de 1995 à 2006. Après sa défaite, il avait bien tenté un retour sur la scène politique en 2008 et en 2011, sans succès.

Hier, dès les premières minutes du dépouillement, l'avocat a rapidement creusé son avance sur sa plus proche rivale, la néo-démocrate Catherine Lusson. Il a été déclaré vainqueur vers 22 h 35.

Lorsque ses nombreux partisans réunis au resto-bar L'Interlude de Bedford ont appris qu'il devenait député, ils ont scandé son prénom durant de longues secondes.

Denis Paradis, qui revient donc à la Chambre des communes après une absence de 10 ans, s'est dit «très ému». «Quand une majorité de personnes vous fait confiance, il n'y a pas de plus belle job. Et c'est un sentiment tout à fait extraordinaire. Je revis ça ce soir, parce que je l'avais vécu dans le passé, mais avec beaucoup plus d'intensité», a-t-il confié, les larmes aux yeux.

Ses priorités seront, évidemment, la santé des deux lacs internationaux du Québec - Champlain et Memphrémagog -, mais aussi la famille et les infrastructures, y compris le train reliant Montréal à Bromont, Magog et Sherbrooke. «Tout ça, on va pouvoir mettre ça sur les rails dès le début!»

Interrogé sur son intérêt à devenir ministre, il a rappelé que le plus beau travail était celui de député, «Je vais faire partie du caucus, c'est sûr! Mais on ne spéculera pas ce soir», a-t-il répondu, entouré de membres de sa famille et de proches provenant de partout dans la circonscription, notamment de Magog et de Venise-en-Québec. Ne manquait que son frère, Pierre Paradis, député provincial et ministre de l'Agriculture, qui avait dû se rendre à Québec plus tôt que prévu.

Lusson bonne deuxième

Déception et incompréhension. Ce sont les deux sentiments qu'éprouvait la candidate néo-démocrate Catherine Lusson après avoir encaissé sa défaite. «Je ne comprends pas que la vague ait changé de côté. Tant à travers le pays qu'ici dans la circonscription. Mais la démocratie a parlé, alors il faut s'en remettre à la volonté des électeurs», a-t-elle confié.

Celle qui croyait être en mesure de se tailler une place à la Chambre des communes se dit amère qu'une majorité d'électeurs aient voté de façon stratégique, a-t-elle analysé.

Mme Lusson estime que le moment charnière de la campagne s'est articulé autour du vote à visage découvert. «Dès que les conservateurs ont commencé à mener une campagne négative avec le port du niqab pour voter, il y a eu un changement d'attitude au sein de la population. C'était palpable. Les attentes envers le NPD étaient très élevées à ce moment-là. Et c'était l'inverse pour les libéraux, qui étaient loin en arrière dans les sondages. Mais il faut croire que le vent a tourné», a-t-elle mentionné.

La candidate néo-démocrate a toutefois trouvé du positif dans sa première expérience en politique. «J'ai adoré rencontrer les gens. C'est avant tout pour eux que je me suis lancée comme candidate dans Brome-Missisquoi. Est-ce que je me présenterais à nouveau? Je ne sais pas encore. Mais une chose est certaine, j'ai vraiment tout donné dans cette longue campagne. De ce côté, je ne peux pas avoir de remords.»

Au moment de mettre sous presse le candidat du Bloc Québécois, Patrick Melchior, détenait le troisième rang avec 16,4% des voix. Il n'a pas été possible d'obtenir les commentaires de M. Melchior, qui passait la soirée à Magog.

Onze pour cent des électeurs de Brome-Missisquoi ont accordé leur confiance au représentant du Parti conservateur, Charles Poulin. Cindy Moynan du Parti Vert a récolté 2,3% des votes.

Le candidat de Forces et démocratie, Patrick Paine, fermait la marche avec 0,4%.

Avec la collaboration de Cynthia Laflamme et Jean-François Guillet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer