Eaux usées à Montréal: trois experts nommés

La ministre de l'Environnement du Canada, Leona Aglukkaq,... (archives La Presse)

Agrandir

La ministre de l'Environnement du Canada, Leona Aglukkaq, a nommé trois experts québécois qui se pencheront sur le projet de déversement d'eaux usées de la Ville de Montréal.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

La ministre de l'Environnement du Canada a nommé les trois experts québécois qui se pencheront sur le projet controversé de déversement d'eaux usées que souhaitait effectuer la Ville de Montréal dans le cadre d'un plan pour déplacer une chute à neige située sous l'autoroute Bonaventure.

Leona Aglukkaq a annoncé dimanche que le groupe de travail indépendant serait formé de Robert Hausler, du Département de génie de la construction à l'École de technologie supérieure, de Viviane Yargeau, professeur de génie chimique à l'Université McGill et de Daniel G. Cyr, professeur spécialisé en toxicologie et en biologie cellulaire à au Centre INRS-Institut Frappier, affilié au réseau de l'Université du Québec.

Le «groupe de travail indépendant» cherchera à déterminer les risques environnementaux de l'opération et si «d'autres paramètres» devraient être considérés par Montréal dans son analyse sur la qualité de l'eau. Les spécialistes se prononceront également sur la possibilité de trouver une solution alternative au déversement.

L'interruption des travaux ordonnée par Ottawa par l'arrêté ministériel est en vigueur jusqu'au 2 novembre en fin de journée «dans l'attente des résultats de l'examen», rappellet-on.

La ministre réitère que la Ville n'a pas fait d'étude sur les impacts environnementaux de son opération, ce que réfute depuis plusieurs jours le maire Denis Coderre.

Comme le gouvernement Harper l'avait annoncé plus tôt cette semaine, la ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, a signé vendredi un arrêté provisoire empêchant la Ville de Montréal de rejeter ses eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

Jeudi, M. Coderre avait affirmé que si une décision finale n'était pas prise d'ici le 23 octobre, il pourrait y avoir des conséquences et des «problèmes sérieux», dont des bris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer