École Saint-Jean-Baptiste: l'eau à nouveau potable

Les élèves de l'école Saint-Jean-Baptiste, à Roxton Falls,... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les élèves de l'école Saint-Jean-Baptiste, à Roxton Falls, peuvent enfin boire l'eau du nouveau puits.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Roxton Falls) Après une attente de plus de quatre ans, les élèves de l'école Saint-Jean-Baptiste de Roxton Falls peuvent enfin boire l'eau du robinet. La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) est parvenue à boucler le long et complexe dossier mardi dernier.

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a donné son autorisation à la CSSH à la suite des analyses du nouveau puits et de la qualité de l'eau menées pendant la semaine du 5 octobre. Les installations sont conformes et l'eau est «parfaite», assure Sagette Gagnon, régisseuse aux communications de la Commision scolaire.

«Tout a été fait dans les règles de l'art, avec le souci de répondre aux exigences, a précisé Mme Gagnon. Il était important pour nous de nous assurer de la sécurité des élèves et de nous assurer que la qualité de l'eau était plus que satisfaisante.»

Un problème vieux de quatre ans

Les élèves de l'école Saint-Jean-Baptiste devaient boire de l'eau en cruche depuis avril 2011, alors que la présence de coliformes totaux avait été détectée dans l'eau provenant de l'ancien puits. S'il a fallu tout ce temps pour régulariser la situation, c'est que le problème était complexe, selon Mme Gagnon.

«Nous n'avons pris aucune chance, on a fait plusieurs choses avant de faire le nouveau puits, explique-t-elle. Si ç'a été long, ce n'est pas par négligence, mais pour répondre aux exigences (...) et nous avons aujourd'hui une fin heureuse.»

Sans succès, les autorités ont d'abord tenté de désinfecter l'ancien puits, de chercher l'origine de la contamination et de colmater le puits. En 2012, la CSSH s'est tournée vers un système de traitement de l'eau par l'ultraviolet, mais le projet a été refusé par Québec en 2013. Devant l'impatience du milieu, un puits temporaire a été évoqué, mais le forage du nouveau puits permanent a ensuite été annoncé, fin 2013. Le nouveau puits a finalement été branché à l'école le 8 juin dernier.

À la fin de 2014, la CSSH estimait la facture liée aux études, analyses et ouvrages à 110 000 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer