Les Braves enfin devant leurs partisans

«Quand tu as beaucoup sous la main, tu... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Quand tu as beaucoup sous la main, tu exiges beaucoup. Et je sais pertinemment que cette équipe est capable de beaucoup», mentionne Patrick Bergeron.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) «On a une belle équipe. On a du talent, de la profondeur de qualité, de l'expérience et du leadership. Pas pour rien qu'on parle de la coupe Dodge depuis le jour un du camp d'entraînement.»

Après avoir remporté trois de leurs quatre premiers matches, tous disputés sur la route, les Braves de Farnham feront enfin connaissance avec leurs partisans dimanche après-midi. Et l'entraîneur Patrick Bergeron jure que les Farnhamiens vont aimer leur équipe.

«On débarque dans une nouvelle ville, une excellente ville de hockey, et on a bien l'intention de gâter nos nouveaux partisans», lance Bergeron, qui n'en «beurre épais» que lorsqu'il est convaincu de ce qu'il avance.

Les Braves ont rendez-vous avec les Pétroles Courchesne de Nicolet (1-5), qu'ils ont aisément vaincu 7-2 à leur premier match de la saison. L'occasion est belle d'en mettre plein la vue.

«Nicolet n'est clairement pas une puissance, mais si on ne travaille pas, on va en payer le prix, reprend Bergeron. Malgré tout notre talent, il faudra toujours travailler plus fort que l'adversaire. Nous n'avons pas travaillé à Trois-Rivières, il y a deux semaines, et nous avons perdu (4-1). Il y a des choses qui ne changent pas au hockey et c'en est une...»

Charles-Olivier Lajoie en sera à son cinquième départ en autant de matchs devant le filet. Le défenseur Dave Lanoue effectuera quant à lui sa première sortie de la saison après avoir été suspendu pour des incidents survenus en séries éliminatoires. Étienne Cadieux-Genesse, qui soigne une fracture à un doigt, pourrait enfin effectuer un retour au jeu à la ligne bleue.

Chose certaine, on ne reverra plus l'attaquant Jean-Benoit Beaudry, un ex-Inouk. Beaudry n'avait pas le feu sacré, si on a bien compris, et a quitté les Braves d'un commun accord avec les dirigeants de l'équipe.

Capable de beaucoup

Patrick Bergeron est un entraîneur exigeant. Ceux qui l'ont vu derrière le banc du Nordik de Cowansville (avec qui il a gagné la coupe Dodge en 2014) et derrière celui des Inouk le savent. Attendez-vous d'ailleurs à ce qu'il n'en laisse pas passer beaucoup à ses hommes au cours des prochains mois.

«Quand tu as beaucoup sous la main, tu exiges beaucoup, mentionne l'ex-entraîneur des Inouk. Et je sais pertinemment que cette équipe est capable de beaucoup. Alors oui, je vais en demander pour la peine à mes joueurs. Je n'accepterai pas qu'ils s'endorment ou qu'ils se fient uniquement sur leur talent.»

Quand on lui demande ce qu'il aime le plus de sa formation, il parle de profondeur.

«J'ai des jeunes qui vont pousser sérieusement dans le derrière de vétérans. La profondeur est là et, je le répète, elle est de qualité, elle est solide. Et c'est pourquoi je ne serai pas nécessairement patient avec ceux qui ne m'en donneront pas à mon goût.»

Bergeron aime l'idée de débarquer à la maison après avoir déjà joué quatre matchs.

«On est rodés. Ce qui ne veut pas dire que tout est parfait, loin de là. Mais on va davantage pouvoir penser en fonction de donner un spectacle que si on disputait notre tout premier match...»

Et le spectacle, il va commencer à 16 h 30, dimanche. Les amateurs sont toutefois conviés à l'aréna Madeleine-Auclair à compter de 15 h pour un tailgate party.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer