Dernier droit pour les chefs fédéraux

Stephen Harper s'accrochera-t-il au pouvoir?... (Archives Presse Canadienne)

Agrandir

Stephen Harper s'accrochera-t-il au pouvoir?

Archives Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

À trois jours du vote, Stephen Harper refuse de s'engager à rappeler rapidement le Parlement s'il est élu encore une fois, Gilles Duceppe entame une autre tournée du Québec et Thomas Mulcair croit avoir trouvé le talon d'Achille de Justin Trudeau.

Mardi, les chefs libéral, néo-démocrate et bloquiste ont fait savoir qu'un gouvernement Harper minoritaire ne survivrait pas. Ils s'assureraient de le défaire au premier vote aux Communes.

Vendredi matin, de passage à Québec, le premier ministre sortant n'a pas voulu répondre à un journaliste qui cherchait à savoir si M. Harper s'accrocherait au pouvoir en retardant les travaux parlementaires, après le 19 octobre.

«Je vais m'abstenir de spéculer sur des scénarios d'ici à lundi», a-t-il plutôt offert.

Pendant ce temps, le Nouveau Parti démocratique (NPD) continuait de taper sur le clou de l'affaire Gagnier.

Le parti demande au commissaire aux élections fédérales de déterminer si l'ex-coprésident de la campagne libérale, Daniel Gagnier, a violé la loi lorsqu'il a donné des conseils au promoteur de l'oléoduc Énergie Est.

«Il n'y a aucune autre campagne que je connais, à part la campagne libérale, qui a des gens travaillant sur l'autobus, l'avion et le quartier général de la campagne, travaillant (aussi) pour le compte d'une compagnie privée», a lancé M. Mulcair, lors d'un point de presse à Lac-Mégantic.

Est-ce donc dire que les libéraux sont pires que les conservateurs lorsqu'il est question de sens éthique? «Les scandales des partis libéral et conservateur se suivent et se ressemblent», a répliqué M. Mulcair.

Le chef conservateur, lui, s'est limité à attaquer son rival libéral. «C'est encore la culture du scandale des commandites du Parti libéral qui persiste», a-t-il accusé.

M. Trudeau, lui, a réitéré sa défense de la veille. «Quand on a appris qu'il avait posé un geste inapproprié en mêlant ses deux rôles-là, il a assumé les conséquences de ce qu'il a fait et s'est retiré de notre campagne», a-t-il résumé, en parlant de M. Gagnier.

Ke-tching!

Depuis le début de la semaine, Stephen Harper donne à sa caravane électorale l'allure d'une foire ambulante. Et son arrêt à Québec n'a pas fait exception.

«Ke-tching!», résonnait le bruit de la caisse enregistreuse pendant qu'une militante conservatrice déposait des billets de banque sur une table pour illustrer ce qu'il y aurait à perdre si M. Harper n'est pas réélu. Comme la veille, à Trois-Rivières, la petite foule de 150 personnes à Québec semblait grandement apprécier le numéro.

Et aussi comme la veille, c'est lorsqu'il a été question d'interdire le niqab aux cérémonies de citoyenneté que ce public a réagi le plus. Ils se sont tous levés, scandant «Harper! Harper!».

C'est un pan du discours que le chef conservateur réserve au public québécois. Depuis le début de la semaine, accompagné par le «ke-tching», il se contente de parler économie et impôts dans le reste du pays.

Promesses à répéter et maires à rencontrer

M. Mulcair a été accueilli à Lac-Mégantic par la mairesse Colette Roy Laroche, et a rappelé les promesses de son parti pour cette petite communauté, notamment la construction d'une voie de contournement pour le chemin de fer.

M. Trudeau faisait campagne à Mississauga, en banlieue de Toronto, dans une maison de retraite, avec une autre mairesse célèbre: Hazel McCallion. Le chef libéral voulait rassurer les personnes âgées; quoi qu'en disent les conservateurs, il n'annulera pas le fractionnement du revenu pour les retraités.

Ce message, la mairesse à la retraite le répète dans une publicité libérale où elle accuse Stephen Harper de chercher à faire peur aux personnes âgées. La publicité se termine sur un gros plan de la dame de 94 ans: «Stephen, trouvez-vous que j'ai l'air d'avoir peur?»

M. Harper n'a pas voulu répondre à la demande des maires de Québec et de Lévis qui veulent maintenant qu'Ottawa achète le pont rouillé de Québec. «On peut examiner d'autres options, mais la réalité est (...) qu'on veut que le CN vienne à la table», s'est contenté de répéter M. Harper.

Ambitions bloquistes

Gilles Duceppe maintient que le Bloc québécois a le «vent dans le dos».

Le chef bloquiste, qui effectue une deuxième tournée provinciale, estime que son parti est en bonne position pour se faufiler dans plusieurs circonscriptions où des luttes à trois ou quatre se dessinent.

«Je vois comment l'accueil est chaleureux, et pas seulement chez les militants, a-t-il dit, en point de presse à Gatineau. Quand j'arrête dans la rue, que les gens nous regardent dans les yeux et nous disent "merci, on compte sur vous", moi je trouve que ça sent très bon.»

M. Duceppe, dont le parti n'a récolté que quatre circonscriptions lors du scrutin de 2011, refuse de fixer un objectif de sièges pour le 19 octobre. «L'objectif c'est de gagner comme pour tous les autres (partis), a-t-il dit. On vise la balance du pouvoir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer