Montréal: le déversement d'eaux usées suspendu

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé... (Archives La Presse)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé qu'il devait y avoir une décision rendue au plus tard le 23 octobre.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Ottawa suspend le projet de déversement d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent, à Montréal, et demande à un expert indépendant d'évaluer la situation.

Lors d'une conférence de presse à Saguenay, le ministre Denis Lebel a annoncé mercredi de la part de la ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, que le gouvernement fédéral décrétait un «arrêté provisoire» de l'opération en vertu de l'article 37 de la Loi fédérale sur les pêches.

L'expert qui sera désigné par Environnement Canada sera responsable d'étudier «toutes les informations liées à ce projet», puisqu'Ottawa ne sait pas pour l'instant si les substances déversées dans le fleuve «ont un degré de toxicité aigu».

En point de presse, vers 18 h, le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé qu'il devait y avoir une décision rendue au plus tard le 23 octobre, soutenant qu'Environnement Canada disait avoir tout ce qu'il faut pour analyser le dossier.

M. Coderre a dit juger «regrettable» que M. Lebel affirme avoir besoin de plus d'informations. Il a dit «croire pour sa part aux scientifiques» et aux experts de la Ville de Montréal.

Il a présenté la décision du déversement prévu du 18 au 25 octobre comme un geste de prévention et de planification afin de mieux traiter les eaux usées.

Le maire de Montréal a de nouveau martelé que les conservateurs cherchaient à «scorer des points politiques» sur cet enjeu dans un contexte de campagne électorale.

Dans un communiqué, la ministre Aglukkaq a indiqué que Montréal n'avait pas fait d'étude sur les impacts environnementaux du déversement prévu de 8 milliards de litres d'eaux usées. Elle a rappelé qu'elle se devait d'être «diligente» pour protéger le cours d'eau.

M. Coderre avait déjà affirmé qu'Ottawa a le dossier en main depuis septembre 2014, alors que Mme Aglukkaq affirme qu'elle n'était pas au courant jusqu'à récemment.

Le ministre de l'Environnement du Québec, David Heurtel, a réagi à la sortie d'Ottawa en disant que «rien dans la déclaration du gouvernement fédéral ne venait contredire les conclusions des experts du gouvernement du Québec».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer