Les marchés boursiers nord-américains en baisse

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des... (Associated Press)

Agrandir

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a notamment rendu 49,97 points à 17 081,89 points.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse mardi, au lendemain de son congé de l'Action de grâce, tirée vers le bas par les secteurs des métaux et minerais, de l'énergie et de la finance, qui ont tous perdu des plumes.

L'indice composé S&P/TSX a perdu 119,63 points pour terminer la séance à 13 844,73 points, tandis que le dollar canadien s'est déprécié de 0,49 cent US à 76,81 cents US.

Le secteur des métaux et minerais diversifiés a retraité de plus de six pour cent, tandis que celui de l'énergie a lâché 2,6 pour cent et que celui de la finance a abandonné 0,2 pour cent.

Parmi les éléments qui semblent avoir influencé les marchés se trouvait notamment un nouveau rapport en provenance de Chine, lequel a souligné une nouvelle fois le ralentissement soutenu que connaît la deuxième plus grande économie du monde, tandis qu'un document de l'Agence internationale de l'énergie a prédit une plus faible croissance mondiale de la demande pour le pétrole l'an prochain.

«La Chine représente une énorme partie de la demande pour les métaux de base, alors toute faiblesse en Asie va avoir un impact négatif sur plusieurs des titres liés aux matières premières», a observé Craig Jerusalim, gestionnaire de portefeuille chez Gestion d'actifs CIBC.

Des marchés volatils

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu mardi 44 cents US à 46,66 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or a avancé de 90 cents US à 1165,40 $ US l'once. Le cours du cuivre a quant à lui diminué de 3 cents US à 2,39 $ US la livre.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a rendu 49,97 points à 17 081,89 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a glissé de 13,77 points à 2003,69 points et que l'indice composé du Nasdaq a retraité de 42,03 points à 4796,61 points.

«La volatilité de ce marché n'est tout simplement pas faite pour ceux qui n'ont pas l'estomac solide», a estimé M. Jerusalim, conseillant aux investisseurs de faire fi des fluctuations à court terme et de se concentrer sur les actions qui jouissent de solides résultats et d'une bonne rentabilité.

Dans son rapport sur le marché pétrolier d'octobre, l'Agence internationale de l'énergie a estimé que la demande mondiale pour le pétrole ralentirait et quitterait son sommet de cinq ans de 1,8 million de barils par jour en 2015 pour descendre à 1,2 million de barils par jour en 2016.

Selon l'agence, l'offre mondiale de pétrole s'est maintenue près de 96,6 millions de barils par jour en septembre, alors qu'un recul de la production des pays non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a été contrebalancé par une légère augmentation du brut de l'Opep.

La Chine source d'inquiétudes

Entre-temps, un rapport chinois a montré que les importations du géant asiatique avaient plongé de 20,4 % en septembre par rapport à l'an dernier pour se chiffrer à 145,2 milliards $ US.

Les importations avaient déjà cédé 5,5 % en août et les économistes misaient plutôt sur un déclin de 15 % en septembre. Les exportations se sont contractées de 3,7 %, ce qui était néanmoins meilleur que le déclin de 13,8 % du mois d'août.

Les difficultés connues par l'activité commerciale de la Chine font craindre à certains observateurs que le pays ne soit pas en mesure d'atteindre sa cible de croissance économique de 7 % pour l'année en cours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer