Contre le Partenariat transpacifique

Catherine Lusson promet de se tenir debout contre... (Photo Janick Marois)

Agrandir

Catherine Lusson promet de se tenir debout contre le Partenariat transpacifique.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le Partenariat transpacifique (PTP) était au coeur des discussions de Catherine Lusson, candidate du NPD aux élections fédérales, dans Brome-Missisquoi, hier. Elle a rencontré la presse au sujet de cet accord de libre-échange, dont l'entente de principe a été signée dans la nuit de dimanche à lundi.

«Cette semaine, le gouvernement Harper a signé une entente en secret durant la campagne électorale, a-t-elle martelé d'entrée de jeu. Une entente qui n'a pas été débattue à la Chambre des communes et dont les Canadiens ne savent pas quel est le contenu. Le NPD est clair là-dessus, il n'aurait jamais dû signer cette entente, il n'en avait pas l'autorité morale. Peut-être légalement, mais nous tenons à nous tenir debout contre Stephen Harper, contrairement aux libéraux qui lui ont donné un chèque en blanc, disant ne pouvoir rien faire.»

Elle a fait la connaissance de plusieurs producteurs agricoles et laitiers de la région, plus tôt cette semaine, lors d'une rencontre organisée par l'UPA. Ils lui ont fait connaître leur inquiétude quant à la brèche ouverte par le PTP, qui s'ajoute aux entrées illégales. Le PTP prévoit qu'un producteur pourra s'accaparer de 3,25 % du marché de production laitière, de 2,3 % pour les oeufs, 2,1 % pour le poulet, 2 % pour le dindon et 1,5 % pour les oeufs d'incubation.

«La gestion de l'offre, ce ne sont pas des subventions du gouvernement. C'est un système qui fonctionne, qui permet aux agriculteurs d'avoir un revenu décent et qui permet aux consommateurs de savoir d'où vient leur produit. L'entente risque de dévitaliser la région.»

Selon Mme Lusson et son parti, le prix des médicaments pourrait aussi grimper, en ouvrant les portes du Canada. Les personnes vulnérables qui ont du mal à payer leurs médicaments, de même que les aînés, seraient alors plus à risque.

Elle critique son rival Denis Paradis qui n'ose pas prendre position dans ce dossier, allant même jusqu'à dire que les libéraux et les conservateurs sont du même combat. «Nous ne sommes pas les seuls à nous tenir debout. Hilary Clinton justement, mercredi, s'est prononcée contre le Partenariat transpacifique. Il y a des choses qui sont dangereuses dans cette entente.On se bat à armes illégales parce que c'est tout secret. Nous, on va regarder les modalités de l'entente. On pense qu'il y a de la marge de manoeuvre.»

Rappelons qu'il s'agit d'une entente de principe qui doit être ratifiée par chacun des parlements impliqués. En tout, douze pays ont participé aux négociations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer