Trudeau courtise les Granbyens

Justin Trudeau s'est offert un bain de foule,... (photo Alain Dion)

Agrandir

Justin Trudeau s'est offert un bain de foule, hier, au Café de la brûlerie alors qu'il était de passage à Granby.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a pris un bain de foule à Granby, hier. La Voix de l'Est a profité de l'occasion pour s'entretenir avec le jeune politicien au sujet d'enjeux locaux.

Dès qu'il a mis les pieds dans le Café de la brûlerie avec le candidat local dans Shefford, Pierre Breton, Justin Trudeau a été accueilli en véritable «rock star» dans le commerce bondé de partisans libéraux.

«Justin, c'est l'homme qu'il faut pour diriger le pays. Il a du charisme et une tête sur les épaules. Je ne voulais pas rater son passage à Granby pour tout l'or du monde!», a confié Ginette Couture, une sympathisante.

D'entrée de jeu, celui qui tient les rênes du PLC s'est livré à une séance de photos en rafale aux côtés de militants en liesse. Maîtrisant l'art de charmer son auditoire, Justin Trudeau a ensuite pris place derrière le comptoir, servant quelques cafés au passage sous les regards amusés de l'assistance. Puis, il a fait une brève allocution à la foule conquise, question de motiver les troupes libérales alors que s'amorce la dernière ligne droite avant le scrutin du 19 octobre.

«Il reste deux semaines à la campagne. Pierre m'a dit à quel point vous êtes là, les bénévoles, pour l'appuyer. On va mobiliser le Québec et le Canada. On va amener le changement dont les gens ont besoin. On va bâtir un meilleur avenir ensemble!», a-t-il lancé sous des applaudissements nourris.

Gestion de l'offre

Avant de reprendre la route vers Sherbrooke en fin d'après-midi pour assister à un rassemblement avec des candidats libéraux, le chef du PLC a accordé une entrevue exclusive de quelques minutes au journal. Le premier thème abordé a été l'entente concernant le Partenariat transpacifique (PTP) entre le Canada et 11 autres pays.

Des producteurs de lait, de volailles et d'oeufs de la région sont inquiets de la brèche dans le système de gestion de l'offre, qui ouvre la porte à des concurrents étrangers.

Or, Justin Trudeau a affirmé être pour le maintien de la gestion de l'offre dans son intégralité. «On ne peut pas faire semblant que le monde est un marché ouvert en matière d'agriculture. Tous les différents pays protègent leurs agriculteurs, a mentionné dimanche en entrevue à Radio-Canada le chef libéral. On a pu signer des accords importants sans toucher à la gestion de l'offre. On s'attend que M. Harper ait fait cette même chose cette fois-ci.»

Justin Trudeau est-il satisfait du volet traitant de la gestion de l'offre qui découle du PTP? Le jeune politicien est demeuré évasif. «J'écoute beaucoup de personnes qui auront des perspectives positives [à propos du PTP]. Il y a des questions qui se posent et on va y répondre en regardant le texte précis de l'accord», a-t-il esquivé.

Justin Trudeau a également indiqué qu'advenant qu'il prenne le pouvoir, le PLC tiendrait «un débat public approfondi et ouvert au Parlement pour faire en sorte que les Canadiens soient consultés dans le cadre de cet accord commercial historique.» Comment se traduirait concrètement cette consultation? Encore une fois, le politicien n'a pas voulu se mouiller. «Ça fait 10 ans qu'on a un gouvernement qui n'écoute pas. Qui ne fait pas de place au débat à la Chambre des communes. Nous, c'est certain qu'on va avoir une discussion [au sujet du PTP], a-t-il dit. Il faut s'assurer que ce soit fait de la bonne façon.»

Lutte à la pauvreté

Groupe action solutions pauvreté (GASP) a récemment convié les médias pour dresser le portrait de la situation en matière d'itinérance dans la région. Selon le Comité itinérance en Haute-Yamaska, près de 1,4 M$ doivent être injectés dans cinq sphères «prioritaires» pour contrer la croissance de l'itinérance dans la région.

«Entre septembre et décembre, les subventions de plusieurs projets vont tomber. Ce qui fait en sorte que les services en itinérance vont s'effriter», a souligné le coordonnateur du GASP, Nicolas Luppens, citant en exemple le refus par le fédéral d'appuyer la Stratégie de partenariat de lutte à l'itinérance (SPLI).

M. Trudeau a indiqué que le Parti libéral a l'intention de corriger le tir. «On va maintenir ces programmes et, surtout, on va augmenter [le financement]. On a un gouvernement qui n'investit pas assez dans des projets pour contrer la pauvreté.»

Selon le chef du PLC, deux de ses engagements permettront d'atténuer les problèmes liés à l'itinérance. Le premier consiste à hausser de 920 $ par année le supplément de revenu garanti pour les aînés dans une situation financière précaire. La seconde promesse est un accroissement de l'allocation canadienne aux familles.

«Ça va sortir 315 000 jeunes de la pauvreté à travers le pays, a-t-il soutenu, dont 60 000 au Québec.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

  • Trudeau met en garde ses militants

    Actualités

    Trudeau met en garde ses militants

    Même si les sondages le placent bon premier, Justin Trudeau a profité de son passage à Sherbrooke mardi soir pour mettre en garde ses militants... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer