Une clinique mobile de pédiatrie sociale dans Brome-Missisquoi

L'autobus fourni au CPSC Main dans la main... (photo Janick Marois)

Agrandir

L'autobus fourni au CPSC Main dans la main répondait déjà presque parfaitement à ses besoins avec ses tables et ses banquettes, de même qu'avec ses couchettes superposées.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Bedford) Depuis son entrée en opération, il y a un peu plus d'un an, le Centre de pédiatrie sociale en communauté (CPSC) Main dans la main va bon train. Si bien qu'hier, l'organisme a inauguré sa clinique mobile, qui desservira trois municipalités de Brome-Missisquoi.

Ainsi, une fois par mois, l'autobus de la clinique s'arrêtera à Bedford, à Sutton et à Knowlton. Le même duo d'intervenants se déplacera pour rencontrer les enfants, dont les familles ne sont pas en mesure de se rendre au centre de Cowansville. On y offrira les mêmes services qu'au centre de pédiatrie sociale de la rue du Sud.

«La clinique mobile vient répondre à notre mission, qui est d'être près des gens. On a constaté que pour certaines familles, c'est difficile de se rendre au centre de Cowansville, alors on a plutôt décidé d'aller à eux», explique Isabelle Labrecque, la nouvelle directrice générale du centre, arrivée en poste le 1er septembre dernier.

C'est la directrice clinique du centre et vice-présidente du conseil d'administration de l'organisme, Anne Rouleau, qui a eu l'idée d'avoir une clinique mobile. Grâce à un coup de pouce financier de l'ancienne agence de santé de la Montérégie, qui a notamment permis la tenue d'une étude de faisabilité, le projet a pu être mis sur les rails.

Le véhicule est prêté par le médecin cowansvillois Markus Göttke et son épouse Jocelyne, qui avaient déjà acheté et aménagé un autobus scolaire en véhicule récréatif pour leur famille nombreuse.

De ce fait, l'autobus répondait déjà presque parfaitement aux besoins du centre avec ses tables et ses banquettes, de même qu'avec ses couchettes superposées. N'y manquait que les collations, les livres, les petits chats en tricot qui sont adoptés à chaque premier rendez-vous, et bien sûr, des sourires d'enfants.

«Aller rejoindre les gens»

Pour les spécialistes du centre, l'ajout de cette clinique mobile, une première au Québec en pédiatrie sociale, est un gros plus. «L'autobus, c'est le prolongement du milieu de vie qu'on a créé à Cowansville, alors ça va nous permettre d'aider encore plus d'enfants et de familles. L'objectif est de rejoindre ceux qui sont plus isolés. On va à eux avec des moyens différents, mais notre travail demeure le même», indique le travailleur social Sylvain Cummings.

«Pour ma part, j'espère que le fait de faire la démarche pour aller les rejoindre va permettre aux gens de s'ouvrir à nous plus rapidement, qu'ils se sentent à l'aise», renchérit Sophie Giugovaz, médecin de famille.

L'organisme couvrant la grande région de Brome-Missisquoi reçoit actuellement 105 enfants et leurs 65 familles à son centre de Cowansville. Il espère pouvoir aider de 25 à 30 enfants supplémentaires au cours de la prochaine année grâce à sa clinique mobile. D'ailleurs, déjà deux familles sont montées à bord de l'autobus hier, jour de son inauguration.

Projets

Même si son arrivée au sein de l'équipe du CPSC Main dans la main est encore toute récente, Mme Labrecque se dit épatée du travail accompli par l'organisme, qu'elle souhaite porter et voir s'épanouir.

«Après un mois, ce qui m'impressionne, c'est l'implication et l'engagement de chaque membre de l'équipe, y compris les bénévoles», s'exclame celle qui auparavant a oeuvré pendant une décennie dans le domaine philanthropique en plus d'avoir fondé le système d'échange local Le Passe Temps. «Mon mandat est de consolider l'équipe, ajoute la directrice générale. Actuellement, nos intervenants travaillent à raison de trois jours par semaine, les lundis, mardis et vendredis. Mon objectif est d'aller chercher le financement pour que nous soyons en opération cinq jours semaine.»

De plus, l'organisme souhaite bonifier sous peu son offre de services, en offrant notamment de l'aide aux devoirs, de l'art-thérapie et des activités assistées par un animal.

Le 20 novembre prochain, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, le centre de pédiatrie sociale ouvrira ses portes au public.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer