Le Cri du cerf au petit écran

L'équipe de production et les acteurs de la... (photo Julie Catudal)

Agrandir

L'équipe de production et les acteurs de la série Séquelles, une adaptation du roman de Johanne Seymour, Le cri du cerf, était en tournage samedi dans une ferme de Bolton-Ouest.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Bolton) L'auteure Johanne Seymour fera vivre au petit écran une aventure de son enquêteure Kate MacDougall, inspirée de son premier romanLe Cri du cerf. Dans la série Séquelles, les démons du passé de Kate refont surface lorsqu'un meurtrier commet une série de meurtres dans son village des Cantons-de-l'Est. La Voix de l'Est était invitée sur le plateau de tournage, à Bolton, samedi, là où tout a commencé.

La navette circule sur un chemin de gravier avec tout ce qu'il y a de champêtre, vers le lieu de tournage où s'est déroulé, dans le scénario, le deuxième meurtre: la ferme Chassé. La productrice déléguée, Martine Allard, explique que c'est cet endroit qui a inspiré l'auteure pour son premier roman.

Coup de chance, le lieu se prêtait bien à un tournage et les contacts de Mme Seymour ont permis à l'équipe de production d'y installer ses pénates pendant de quelques jours. Sur la terre, il y a tout pour inspirer un crime. Une grange, une série de bâtiments de ferme qui ont du vécu, et surtout, un étang.

«C'est l'histoire de Kate McDougall (Céline Bonnier), une enquêteure qui a des problèmes personnels profonds qui datent de son enfance. Un beau matin, elle se lève et trouve le cadavre d'une fillette sur son lac, devant son chalet, résume l'auteure et scénariste. S'en suit une enquête où on se rend compte qu'il y a un tueur qui sévit dans la région, toujours avec des fillettes. Sa vie, son passé et l'enquête finissent par s'entremêler et c'est un calvaire pour elle. Mais à la fin de tout ça, elle va découvrir quelque chose sur elle qui va changer sa vie.»

Dans cette enquête, elle travaille avec son partenaire de travail, Todd (Danny Gilmore), et retrouve d'anciens collègues des crimes majeurs à Montréal, les sergents Labonté (Stéphane Jacques), Jolicoeur (Stéphane Crête), et son patron (François Papineau). L'intrigue se déroule à Brome-Perkins, un village fictif des Cantons-de-l'Est.

Une équipe solide

Céline Bonnier a sauté sur l'occasion de jouer un personnage aussi complexe, dans une série d'enquêtes policières, ce qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de faire.

«C'est un très beau personnage, complexe, et ça faisait longtemps que j'avais touché à un personnage qui est un peu rockeuse, arrogante, et c'est son arrogance qui a fait qu'elle a été déplacée de Montréal en campagne. C'est une fille qui s'organise toute seule, une espèce de sauvage. C'est un beau personnage qui m'a été offert.»

Elle est entourée par une série d'acteurs talentueux qui sont aussi des amis. François Papineau et Stéphane Crête sont dans la même compagnie de théâtre, Momentum. Le réalisateur Louis Bélanger est aussi un élément de taille pour l'équipe. Son travail de réalisation a été souligné par les acteurs rencontrés.

Pour Céline Bonnier, «Louis Bélanger est la cerise sur le sundae. Il a une signature, il travaille vraiment bien et on a la même vision sur l'intention du tournage et des scènes.»

Un défi pour Stéphane Crête est de garder tout le sérieux que l'histoire impose. «J'ai fait beaucoup de comédies, le défi c'est de rester avec nos camarades de jeu dans un niveau de vérité.»

Si on ne l'a pas vu beaucoup au petit et grand écran dans les derniers mois, on le verra très bientôt dans Endorphine, d'André Turpin, et dans Paradis pour tous, de Robert Morin, où il interprète tous les personnages, ce qui représente 30 rôles.

De retour chez lui

Danny Gilmore, qu'on peut voir actuellement dans Unité 9, où il tient le rôle de Bertrand Pariseau, interprète Todd, coéquipier de Kate à Brome-Perkins.

«Todd est un gars qui vient de la région. Ce n'est pas un gars qui avait l'ambition d'aller à Montréal aux crimes majeurs. Il se retrouve devant une enquête qui le dépasse parce qu'il est habitué d'enquêter sur des vols de tracteurs ou des batailles entre deux gars. Et c'est comme ça au Québec, s'il y a un crime en région, c'est des gars de Montréal qui viennent. À cause des circonstances, Kate et Todd sont obligés d'enquêter sur les meurtres.»

Comme dans tous les petits villages, tout le monde se connaît. Todd connaît donc les relations entre ses concitoyens et sait vers qui se tourner pour obtenir les informations désirées. Mais comme toute médaille a son revers, ces personnes le voient venir avec ses questions et vont se méfier.

La famille de l'acteur et de vieux amis résident toujours à Farnham. Tourner dans sa région a amené de beaux moments et même des bloopers.

«Quand on était à Bedford, il y avait des gens que je connaissais dans la foule qui me faisaient des saluts. À un moment donné, il y a un gars qui est entré dans le plan pour venir me dire salut, raconte-t-il en riant. Mon père n'était jamais venu sur un plateau. Il est monté avec sa mobylette et il a regardé le tournage sur son petit banc.»

Le tournage de Séquelles se déroule sur 36 jours, notamment à Bolton, Rougemont, Bedford et Frelighsburg. Au final, les téléspectateurs auront six épisodes d'une heure à se mettre sous la dent, qui seront diffusés à Séries+ durant la saison hiver-printemps 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer