Nouveau rôle d'évaluation triennal à Granby :  hausse moyenne des valeurs de 8 %

La hausse des valeurs est plus faible que... (photo Alain Dion)

Agrandir

La hausse des valeurs est plus faible que prévu dans le secteur résidentiel.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le nouveau rôle d'évaluation triennal déposé récemment par la Ville de Granby présente une hausse moyenne des valeurs de 8%, selon la directrice du service d'évaluation de la Ville, Chantal Leduc. De façon générale, le secteur résidentiel a augmenté de 5,7%, tandis que la valeur des terrains vacants continue à être très vigoureuse avec une hausse de 41%.

«C'est un rôle d'évaluation ''Robin Hood'', a laissé tomber hier le maire Pascal Bonin. C'est un rôle qui prend aux riches et qui donne aux moins nantis. Où ça a bougé le plus, c'est là où les gens ont le plus d'argent.»

Selon le maire, la hausse des valeurs est plus faible que prévu dans le secteur résidentiel. «L'impact sera ainsi plus faible sur le compte de taxes», fait-il valoir.

Chantal Leduc précise que les maisons unifamiliales ont augmenté de 4,5%, tandis que cette hausse a atteint 10% pour les immeubles multifamiliaux, soit les six logements et plus. «La valeur de ces immeubles se maintient tout le temps, glisse la directrice du service d'évaluation. Même si le taux de vacances est plus élevé, les gens prennent un moins grand rendement.»

Du côté des terrains vacants, le secteur commercial a été particulièrement actif, selon Mme Leduc. «Dans le dernier rôle, les terrains résidentiels avaient beaucoup augmenté. Mais là, c'est plutôt au niveau commercial qu'il y a eu plusieurs ventes, ce qui fait en sorte qu'il y a un certain rattrapage parce qu'il n'y en avait pas eu beaucoup avant», dit-elle.

«De plus en plus, il y a de la spéculation, car il y a de moins en moins de terrains», relève pour sa part Pascal Bonin.

Baisse du taux de taxes

Le nouveau rôle sera en vigueur pour les années 2016, 2017 et 2018. Il présente des valeurs totales (imposables et non imposables) de 6,6 milliards$, contrairement à 5,8 milliards$ en 2013.

Cela permettra à la Ville d'engranger de nouveaux revenus. Dans les circonstances, le maire Bonin affirme d'ores et déjà que la Ville absorbera une partie de la hausse du compte de taxes des citoyens. Actuellement de 0,82$ par tranche de 100$ d'évaluation, le taux sera diminué de «quelques sous», avance Pascal Bonin.

Les détails seront connus lors du dépôt du budget, laisse-t-il savoir. Au final, la hausse du montant du compte de taxes des citoyens ne devrait pas excéder 2,5%, ajoute-t-il.

Par ailleurs, le maire prédit déjà que l'année 2016 sera «très active». Les travaux «payés comptants» devraient être nombreux. «Ça va bien», lance-t-il.

À la lumière de ce nouveau rôle d'évaluation, la valeur moyenne des résidences unifamiliales grimpe à 234 000$, selon la directrice du service d'évaluation.

Cette dernière souligne que le marché de la revente est moins actif. «Il y a moins de transactions et les délais de vente sont plus longs. Certains marchés sont en recul, dont les maisons construites entre 1960 et 1980. Il y a moins de demandes pour les gros bungalows qui ne sont pas au goût du jour», observe Chantal Leduc. Le nouveau rôle d'évaluation s'appuie sur les transactions immobilières au 1er juillet 2014.

Lors du dépôt des précédents rôles d'évaluation, les Granbyens ont eu droit à une hausse moyenne équivalente en 2013, soit de 8%, tandis que les valeurs résidentielles ont grimpé de 12,4% en 2004, de 31% en 2007, et de 18,5% en 2010.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer