Projet « Des choix de vie pour la vie »: les valeurs des jeunes mises en perspective

Quelques-unes des personnes qui pilotent le projet «des... (photo Janick Marois)

Agrandir

Quelques-unes des personnes qui pilotent le projet «des choix de vie pour la vie».

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Farnham) Le projet «Des choix de vie pour la vie» a été lancé, hier, à la Maison des jeunes de Farnham. L'initiative a pour objectif d'inciter la population à s'exprimer tous azimuts à propos des valeurs véhiculées dans la société.

Les oeuvres seront présentées au public dès le début de 2016. Une campagne de sensibilisation auprès de jeunes de la région suivra.

C'est sur les rythmes de la chanson «Victime de la mode» du rappeur français MC Solar que les grandes lignes du projet ont été dévoilées. D'entrée de jeu, l'hypersexualisation et la surconsommation ont été établies comme thèmes centraux.

«Ça faisait déjà un bout de temps qu'on prenait le pouls de l'ampleur du problème [d'hypersexualisation] des jeunes et des impacts sur eux. Dans le fond, on veut contrecarrer l'effet d'internet en exposant les gens à d'autres modèles où les relations égalitaires hommes-femmes sont mises de l'avant. Il y a aussi tout le contexte d'achat compulsif chez les jeunes qui est alarmant», a indiqué Marie-Hélène Plante, organisatrice communautaire pour le CLSC de Farnham.

«C'est important de déconstruire pour reconstruire par des choix de vie pour la vie, a renchéri Annie Blouin, du Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de Granby. Il faut faire contrepoids aux nombreux messages sociaux en prenant position. Parler de ce qu'on veut, dénoncer l'inacceptable.»

Les créateurs ont jusqu'au 4 décembre pour faire parvenir leurs oeuvres à l'équipe de la Maison des jeunes de Farnham, qui chapeaute la démarche. Toutes les formes d'expression sont acceptées: les capsules vidéo, les lettres, les dessins, les poèmes et les photos, pour ne nommer que celles-là.

Le milieu scolaire emboîte le pas

Dès qu'il a entendu parler de l'initiative, le directeur de l'école secondaire Massey-Vanier, Normand Phaneuf, n'a pas hésité à emboîter le pas.

«L'hypersexualisation est omniprésente et je pense qu'on a un rôle à jouer au niveau des écoles pour sensibiliser les jeunes», a mentionné le porte-parole des directions d'établissements d'enseignement dans la MRC Brome-Missisquoi.

«Je vais publiciser le projet et inciter les jeunes à réfléchir, à créer des dessins, des sketchs», a-t-il poursuivi.

Idem à la Maison de la Famille des frontières de Bedford, où les parents et les proches des enfants seront invités à prendre part au projet, piloté par la Table de concertation jeunesse de Brome-Missisquoi, autour de laquelle gravitent notamment les maisons des jeunes de la région, la Sûreté du Québec ainsi que des représentants de services des loisirs municipaux.

Les formulaires d'inscription seront disponibles d'ici la semaine prochaine via le site web de la Maison des jeunes de Farnham (www.zoneados.biz). Pour de plus amples renseignements, contactez Marie-Hélène Plante au 450-293-3622 poste 295.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer