« Je rêvais de me retrouver ici »

«On me donne ma chance et j'essaie simplement... (photo Alain Dion)

Agrandir

«On me donne ma chance et j'essaie simplement d'en profiter au maximum, explique Édouard Michaud.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) «Dire adieu aux Cougars a été une décision très difficile à prendre. Mais je suis heureux à Granby et je ne regrette pas le choix que j'ai fait.»

Édouard Michaud a tôt fait de s'imposer comme un leader à l'attaque chez les Inouk. Après sept matchs, l'athlète de 18 ans a déjà amassé 10 points, dont cinq buts. Et il a clairement la confiance de David Lapierre, qui lui donne énormément de temps de glace.

«À Sherbrooke, la saison dernière, j'étais une recrue et je jouais sur le quatrième trio, a expliqué Michaud, hier après-midi, à la suite de la séance d'entraînement de l'équipe. Ici, on me donne ma chance et j'essaie simplement d'en profiter au maximum. Ça va bien, je suis content, et je vais tout faire afin que ça continue de cette façon.»

Michaud aurait pu poursuivre sa carrière avec les Cougars cette saison. Mais voilà, le hockey collégial, au sein duquel les représentants du collège Champlain évoluent désormais, ne l'inspirait pas.

«Puisque je viens de Sherbrooke, ça aurait été facile de continuer avec les Cougars. Mais selon moi, je vais davantage me développer en poursuivant ma carrière dans la Ligue junior du Québec, qui offre un meilleur calibre de jeu que le hockey collégial.»

Michaud a été sélectionné par les Inouk lors du repêchage de dissolution des Cougars le printemps dernier. Mais au mois d'août, quand il a été retranché du camp du Phoenix de Sherbrooke de la LHJMQ, il a eu l'occasion de réfléchir à nouveau.

«Le directeur général des Cougars m'attendait à la porte de l'aréna. Il voulait vraiment que j'aille jouer avec eux. Je n'ai pas dit oui, je n'ai pas dit non, et je me suis rendu au camp des Inouk afin de discuter avec coach Lapierre. Et Dave m'a convaincu de jouer à Granby.»

Granby était un choix naturel pour lui, dira-t-il aujourd'hui.

«Granby, c'est près de chez moi, à Sherbrooke, et c'est aussi une bonne ville de hockey. Les assistances sont bonnes et on voit tout de suite que les Inouk, c'est important en ville. Quand il y a eu le repêchage de dissolution des Cougars, je rêvais de me retrouver ici.»

Michaud est inscrit en sciences humaines au cégep de Granby. Il est aussi heureux de recommencer à étudier dans sa langue.

«J'ai trouvé difficile d'étudier en anglais au collège Champlain. Ça aussi, ça a joué dans ma décision.»

Faire mentir

Édouard Michaud en est un autre qui est d'avis que les Inouk vont faire mentir tous ceux qui pensent que l'équipe va en arracher cette saison.

«On vient d'en gagner deux de suite et je pense que ce n'est pas fini, a-t-il prédit. Les jeunes ont du talent et les vétérans sont solides. Puis, il y a l'attitude. Dans le vestiaire, les gars ont confiance. On a une belle équipe.»

Les performances de Michaud risquent d'avoir un impact sur celles des Inouk. Le jeune homme a l'impression qu'il a ce qu'il faut pour continuer à amasser des points.

«Je joue toujours avec de bons joueurs et la confiance est là. Je n'ai pas d'objectifs précis, mais je sais que je suis capable de générer de l'offensive.»

Le temps d'une saison, Michaud a vécu l'intense rivalité entre les Inouk et les Cougars, rivalité dont on va d'ailleurs s'ennuyer. Il avoue que ça lui a fait un peu drôle, au début, de se retrouver de l'autre côté de la clôture.

«Quand je suis arrivé ici, au mois d'août, je me suis dirigé vers le mauvais vestiaire! Mais là, tout est beau, je sais où aller et je me sens totalement chez nous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer