24e exposition et vente d'antiquités Eastman: les items anciens à la mode

Le Sherbrookois Claude Couture était fier d'exhiber une... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Le Sherbrookois Claude Couture était fier d'exhiber une porte de taverne conçue par le célèbre sculpteur Jean-Julien Bourgault.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Saint-Alphonse-de-Granby) Des milliers de visiteurs ont pris part à la 24e Exposition et vente d'Antiquités Eastman ce week-end à l'Érablière La Grillade de Saint-Alphonse-de-Granby. La cinquantaine d'exposants rassemblés avaient donc l'occasion de brasser de bonnes affaires.

«Ça a bien roulé tout le week-end. Peut-être un peu moins que l'an dernier, mais on a eu beaucoup de gens», indique Michel Quintal, qui organise l'exposition en collaboration avec sa conjointe Lysette. Le décompte final pourrait flirter avec le cap des 3000 visiteurs.

«Tout est plein au niveau des exposants. On ne peut pas en mettre plus. Pour un show d'antiquités intérieur, c'est très bon. Quand on dit que c'est le plus beau et le plus gros au Québec, on ne se trompe pas», se réjouit M. Quintal.

Sans préciser de chiffres, les organisateurs estiment qu'«une dizaine de milliers» d'articles étaient exposés dans le décor rustique de l'Érablière La Grillade. Il y en avait pour tous les goûts... et tous les budgets.

«C'est une exposition très diversifiée. Il y a des trucs à 5$ et d'autres à 50 000$», précise M. Quintal.

Coups de coeur

Les visiteurs de l'exposition avaient l'occasion de voter pour leurs kiosques favoris. Meubles antiques comme dans le temps, situé à Lambton en Estrie, a obtenu la faveur du public. Propriétaire de l'endroit, Daniel Bilodeau devra bientôt se rendre au Saguenay afin de livrer un ensemble de cuisine datant du début du 20e siècle, lequel a été vendu au prix de 7500$.

La seconde position est revenue au marchand Au fil du temps, à Stanbridge-East. «C'est un honneur. Mais je ne le fais pas seulement pour l'honneur, mais aussi pour la réputation», explique la propriétaire Suzanne Dubé.

Mme Dubé a indiqué qu'elle possède une collection particulièrement variée. «Je suis assez réputée dans la vaisselle, mais j'essaie de plaire à tous les visiteurs qui se déplacent. (...) J'ai du victorien, du québécois...»

Le meuble québécois en demande

Questionné à savoir quels sont les items qui attirent le plus l'attention des collectionneurs, Michel Quintal a tout de suite évoqué les meubles québécois anciens.

«C'est le travail de nos bons artisans. (...) Aujourd'hui, les meubles "des pauvres" [d'autrefois] se vendent plus cher que les meubles "des riches" [de l'époque]», remarque l'organisateur.

Spécialisé en matière d'items québécois, le Sherbrookois Claude Couture totalisait déjà plus plus de 9000$ en ventes ce week-end.

M. Couture était également fier d'exhiber une porte de taverne conçue par le célèbre sculpteur Jean-Julien Bourgault. L'item était disponible au prix de 2950$. «Au niveau du patrimoine, c'est une pièce très importante», mentionne l'antiquaire de Sherbrooke.

De son côté, Benoît Rochefort, un marchand de Sainte-Eulalie dans le Centre-du-Québec, a laissé entendre que le contexte économique actuel est peu favorable à la vente d'antiquités. «Il y a des périodes qui sont plus difficiles. Il faut toujours se démarquer», explique M. Rochefort. Parmi sa collection, une imposante armoire a néanmoins trouvé preneur pour la somme de 6000$.

Le kiosque du marchand Au fil du temps, à Stanbridge-East, a été désigné comme second coup de coeur des visiteurs de l'exposition. «C'est un honneur», note la propriétaire Suzanne Dubé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer