Les candidats bloquistes en faveur des vols commerciaux à Bromont

Les candidats bloquistes de Shefford et Brome-Missisquoi, Jocelyn... (Photo Janick Marois)

Agrandir

Les candidats bloquistes de Shefford et Brome-Missisquoi, Jocelyn Beaudoin et Patrick Melchior, accompagnés de la députée péquiste Martine Ouellet, militent en faveur de la mise en place d'une ligne aérienne commerciale à l'aéroport Roland-Désourdy de Bromont.

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Bromont) L'aéroport Roland-Désourdy de Bromont doit pouvoir offrir une ligne aérienne commerciale à ses clients, estiment les candidats bloquistes Jocelyn Beaudoin et Patrick Melchior qui assurent qu'ils feront pression auprès du ministère des Transports du Canada pour que ce projet se concrétise.

Ils comptent également militer pour que les employés de l'aéroport soient formés par l'Administration canadienne de la sécurité du transport aérien (ACSTA) pour assurer les services de contrôle et de sécurité.

«On a tout à gagner avec cet aéroport-là. Ça rejoint énormément de population, a affirmé Patrick Melchior, candidat du Bloc québécois dans Brome-Missisquoi, accompagné du candidat de Shefford, Jocelyn Beaudoin et de la député péquiste et porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, Martine Ouellet. On fera les pressions qu'il faut pour que le dossier chemine rapidement.»

Les gens d'affaires oeuvrant dans les parcs industriels de Bromont et Granby, et les touristes pourraient notamment bénéficier d'un service de vols commerciaux, croient-ils. «C'est un levier économique qui est très intéressant et c'est important qu'on l'exploite au maximum», dit M. Beaudoin.

«Une porte de sortie»

La direction de l'aéroport Roland-Désourdy travaille depuis plusieurs années dans l'espoir d'offrir ce service. Les nouvelles dispositions réglementaires annoncées en juillet par le ministère des Transports pourraient permettre à de petits aéroports comme celui de Bromont d'obtenir les services de contrôle nécessaires de l'ACSTA s'ils en défraient les coûts.

«L'idée au Bloc québécois est d'appuyer l'aéroport pour que ces frais-là soient le plus minimal possible pour que les passagers considèrent que Roland-Désourdy est vraiment une belle avenue, surtout considérant la réfection du pont Champlain, de Turcot et de tout le trafic de Montréal. D'avoir une porte de sortie pour ne pas devoir aller à l'aéroport de Montréal», estime Jocelyn Beaudoin.

Afin d'alléger ces frais, les candidats proposent que les employés de l'aéroport bromontois soient responsables des services de contrôle et de sécurité. En plus de détenir une formation de l'ACSTA, ils pourraient également effectuer d'autres tâches pour le compte de l'aéroport.

Cette formule n'existe pas ailleurs, disent-ils. En agissant ainsi, les frais d'exploitation seraient moindres pour l'aéroport et du coup, les prix seraient plus abordables pour les passagers.

Bromont ou Sherbrooke?

L'aéroport de Sherbrooke, qui espère également pouvoir offrir des vols commerciaux, a récemment annoncé la construction d'un Centre d'expertise en sécurité aéroportuaire baptisé Airpole, un projet évalué à 22 millions. Ce service peut-il défavoriser Bromont qui veut aussi offrir une ligne aérienne commerciale?

Aucunement, estiment les candidats bloquistes. «Sherbrooke est la seule agglomération de 200 000 habitants qui n'a pas encore des connexions directes, donc c'est sûr que pour eux, c'est un besoin et c'est normal. Dans le cas de Bromont, l'avantage est qu'en dedans de 45 minutes, on a un bassin de population de 1,2 million de personnes, ce que Sherbrooke n'a pas, affirme M. Beaudoin. Le marché a besoin des deux aéroports.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer