Convention collective des policiers : l'arbitre tranche en faveur de Granby

«De toute évidence, on n'a pas été entendus... (photo Julie Catudal)

Agrandir

«De toute évidence, on n'a pas été entendus par l'arbitre comme il faut», a laissé tomber hier le président de la Fraternité des policiers et policières de Granby, Frédéric Boulet.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Un coup de massue. C'est l'effet qu'a eu sur les policiers de Granby la sentence arbitrale rendue mardi pour le renouvellement de leur convention collective pour la période de 2011 à 2013. La Ville a obtenu gain de cause pour l'ensemble des points en litige.

«De toute évidence, on n'a pas été entendus par l'arbitre comme il faut», a laissé tomber hier le président de la Fraternité des policiers et policières de Granby, Frédéric Boulet. «Je ne m'attendais pas à une décision aussi radicale de sa part», a-t-il ajouté avec dépit.

«La Ville considère que l'arbitre a placé le citoyen au coeur de sa décision», a pour sa part commenté par voie de communiqué le maire, Pascal Bonin.

Le régime de retraite était l'une des principales pierres d'achoppement des négociations entourant le renouvellement de la convention collective des policiers, échue depuis le 31 décembre 2010.

La Ville souhaitait que les policiers soient inclus dans l'entente qu'elle a conclue en 2010 avec ses différents groupes d'employés et de retraités pour établir un nouveau partage des coûts et des risques. Ce que les policiers refusaient, arguant que leur réalité n'est pas la même que celle des autres employés municipaux.

L'arbitre a cependant tranché en faveur de la Ville et «positionne les policiers et policières au même niveau que les autres employés», précise le communiqué émis. «Pour nous, c'est une amère déception», réagit Frédéric Boulet.

«Les policiers, comme les autres employés, viennent de donner une subvention à la Ville pour éponger sa part du déficit passé», ajoute-t-il.

Risée

L'équité avec les autres employés municipaux a aussi été appliquée pour les augmentations salariales consenties aux policiers. Cela représente une augmentation de 3% pour 2011, 2,5% en 2012, plus 0,5% à titre de rattrapage par rapport aux autres corps policiers de la province, et de 2,5% en 2013.

Insuffisant, selon Frédéric Boulet, pour assurer un salaire qui se compare à celui de leurs homologues ailleurs dans la province. «Avec cette décision-là, les policiers vont tomber dans les bas fonds de la rémunération comparable au Québec», dit le président de la Fraternité des policiers et policières.

«On fait quasiment rire de nous quand on se compare aux autres», déplore-t-il.

Autre source de mécontentement: les horaires de travail. L'arbitre a pris la décision de maintenir les dispositions actuelles.

«L'arbitre nous renvoie à la table de négociation pour s'entendre. Mais je n'ai pas d'interlocuteur qui veut parler avec moi. Ils parlent de prestation de travail. Moi, je parle de qualité de vie de mes patrouilleurs pour remanier certaines plages horaires. Encore là, c'est une amère déception», dit M. Boulet.

Sortie médiatique

Le climat ne s'annonce donc pas rose, alors que la Ville et ses policiers devront se rasseoir à la même table pour négocier la convention collective pour la période de 2014 à 2016.

D'autant plus que la Fraternité n'apprécie pas que la Ville ait réalisé une sortie médiatique hier sur la sentence arbitrale. «C'est désolant et à la limite arrogant que l'employeur s'empresse de démontrer sa victoire en sachant qu'il y a peut-être des membres qui vont l'apprendre en lisant le journal. J'espérais un peu plus de retenue, d'humilité», dit Frédéric Boulet.

Ce dernier affirme par ailleurs que la Fraternité prendra le temps d'analyser plus à fond la décision de l'arbitre avant de décider si le port du pantalon camouflage est maintenu ou non.

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer